Le président et le boulanger : la fable lyonnaise de l’Elysée

Philippe-Marc Jocteur, le "boulanger de l'Île Barbe" appelé par Emmanuel Macron. / © Capture d'écran BFM Lyon.

L’histoire était belle. Il était une fois le « boulanger de l’île Barbe », installé sur la Saône, au nord de Lyon, appelé par Emmanuel Macron par un beau jour de confinement. Ce 29 avril, le président de la République, soucieux des difficultés rencontrées par les artisans, s’enquiert pendant une quinzaine de minutes de la situation de Philippe-Marc Jocteur, le patron des lieux. L’affaire est d’abord rapportée par France 3, avec le label « insolite » pour ajouter au croustillant du récit.

Au téléphone avec le chef de l’Etat, Philippe-Marc Jocteur détaille les baisses de chiffre d’affaire causées par la crise (-70% en mars, -40% en avril) et s’inquiète d’avoir dû contracter un prêt pour faire face au gros temps actuel. A France 3, il décrit un président « très avenant, qui ne m’a pas fait de présentation professorale. S’exprimant avec simplicité alors qu’il doit être plus habitué à parler avec le patron de Renault qu’avec le boulanger de l’ile Barbe ! ».

L’histoire est reprise par de nombreux médias. « J’ai eu l’impression d’avoir été écouté », raconte le héros du jour sur BFM Lyon, qui le présente comme un simple « artisan » et raconte que l’appel était « pour le moins inattendu ». « Emmanuel Macron passe un coup de fil à un boulanger de Lyon », titre RTL, qui écrit que Philippe-Marc Jocteur a ét . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).