Contre « l’invisibilité des femmes » dans l’Eglise, Anne Soupa candidate à la succession du cardinal Barbarin

« Ce qui est fou, c’est que cela paraisse fou ». Une théologienne de 73 ans a fait savoir lundi 25 mai dans un communiqué qu’elle se portait « candidate » à la fonction d’archevêque de Lyon, un poste vacant depuis la mise en retrait du cardinal Philippe Barbarin en mars 2019.

Anne Soupa, qui milite de longue date pour promouvoir la place des femmes dans l’Eglise catholique, notamment au sein du Comité de la Jupe qu’elle préside, entend par ce geste provoquer une « prise de conscience » devant « l’invisibilité » des femmes dans l’Eglise, a-t-elle précisé à l’AFP

« Tout m’autorise à me dire capable de candidater au titre d’évêque, tout me rend légitime. Or, tout me l’interdit. (…) Si ma candidature est interdite par le droit canon, c’est tout simplement parce que je suis une femme, que les femmes ne peuvent être prêtres et que seuls les prêtres, en devenant évêques, dirigent l’Église catholique », écrit-elle dans son communiqué.

Les archevêques de Lyon « ont failli dans leur tâche »

Se plaçant dans la continuité des souhaits du pape François, Anne Soupa estime qu’il est possible de « distinguer prêtrise et gouvernance ». Autrement dit : de nommer une femme évêque ou archevêque, fonctions majeures dans l’institution cléricale, sans avoir besoin d’ouvrir la prêtrise aux femmes.

Indiquant agir « avec le soutien » de l’association de victimes de pédophilie La Parole libérée, Anne Soupa estime que les quatre derniers évêques de Lyon, dont le cardinal Barbarin, « ont failli dans leur tâche première, celle de protéger leurs communautés », et qu’ils ont « laissé les loups entrer dans la bergerie et les prédateurs s’en sont pris aux petits ». La nomination - improbable à ce stade - d’une femme à cette fonction est ainsi présentée comme un moyen de redonner de la légitimité à une institution affaiblie par des années de scandales.

Mathieu Périsse

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2019/11/27/eglise-le-diocese-de-lyon-mis-en-cause-dans-une-affaire-dabus-spirituels/

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Transports en commun, GL Events et eau potable au menu du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon

Mediacités publie les plus de 130 projets de délibération qui seront soumis au vote des conseillers métropolitains du Grand Lyon le 13 décembre prochain.

Interpol : le général émirati accusé d’avoir couvert des actes de torture élu président

Malgré une forte opposition de la société civile, le général Ahmed Nasser Al-Raisi, visé par plusieurs plaintes pour des violations des droits de l'Homme, a été élu jeudi président d'Interpol, dont le siège est à Lyon.