Le cardinal Barbarin, condamné par la justice, va présenter sa démission au pape

C’est un jugement historique. Ce jeudi 7 mars, au tribunal correctionnel de Lyon, le cardinal Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’abus sexuels sur mineurs dans l’affaire du père Preynat. Il a annoncé dans la foulée qu’il allait présenter sa démission au Vatican.

procbarbarin_07012019_143_M
Philippe Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis pour “non dénonciation d’agression sexuelle sur mineur”. Photo : Alberto Campi/We Report.

C'est un cataclysme pour l’Église catholique. Le cardinal Barbarin a annoncé qu'il allait présenter sa démission au Vatican, après l'annonce de sa condamnation à six mois de prison avec sursis. C’est la première fois en France qu'un si haut responsable de l’Église, primat des Gaules et archevêque de Lyon, est reconnu coupable pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs. Après quatre ans de combat des victimes, son intention de « préserver l’institution » est écrite noir sur blanc dans le jugement en première instance.

Sans un bonjour à la presse rassemblée à la hâte dans la maison diocésaine de Lyon, le cardinal Barbarin, visage fermé, a pris acte de sa condamnation et a annoncé qu'il allait rencontrer « dans les prochains jours » le pape pour lui présenter sa démission. Dans une allocation de vingt secondes, le cardinal a fait part de sa « compassion à l'égard des victimes » et de « la place qu'elles occupent dans [s]es prières ».

Quelques heures plus tôt, soulagés après des années de combat, les victimes et leurs avocats s’étreignent vivement, s’essuient les yeux. L’émotion est palpable dans la salle, la même qui a accueilli le procès Barbarin, un marathon de quatre jours qui s’est tenu à Lyon début janvier. En sept minutes chrono, la juge Brigitte Vernay a rendu son jugement : le tribunal « déclare Philippe Barbarin coupable de l’infraction de non-dénonciation de mauvais traitements, privations ou atteintes sexuelles infligés à un mineur de 15 ans commises depuis juillet 2014 et jusqu’au 5 juin 2015 à Lyon », dans l’affaire du père Bernard Preynat.

« Ce sera une décision qui fera date. On espère qu’il y aura un avant et un après »

Au fond de la salle, une dizaine d’avocats venus en curieux n’en reviennent pas. « Je pense que ce sera une décision qui fera date dans l’histoire des infractions de non-dénonciation d’agressions sexuelles. On espère qu’il y . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Nicolas Barriquand