Nucléaire : départ d’incendie non déclaré à la centrale du Bugey

L’incident s’est produit dans la nuit du 19 au 20 août derniers. A la centrale nucléaire du Bugey, un incendie s’est déclaré sur une pompe d’alimentation en eau des générateurs de vapeur (qui permettent de faire baisser la température du cœur du réacteur). « Un feu bien réel. De la fumée et des flammes étaient visibles », souligne l’association Sortir du nucléaire Bugey, citée dans Le Progrès, ce mardi 15 septembre.

Pour autant, EDF n’a pas déclaré les faits comme « un incident » car « le départ de feu a été maîtrisé avant l’arrivée des pompiers », justifie l’exploitant du site. Dans le domaine de l’atome, les événements survenus au sein d’une centrale sont classés sur une échelle internationale allant du niveau 0 (qui correspond à « un écart ») au niveau 7 (« l’accident majeur », du type Tchernobyl). L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a tout de même annoncé que cet incendie « fera[it] l’objet d’une analyse détaillée ».

Pour les anti-nucléaire, cette péripétie est une nouvelle illustration de la vétusté du site du Bugey. Ses quatre réacteurs ont été mis en service en 1978 et 1979. Il est devenu, de fait, la plus ancienne centrale en activité depuis les arrêts des réacteurs de Fessenheim en février et juin 2020.

picto-nucleaire-1A (re)lire sur Mediacités 

> Nucléaire : le réacteur malade de la centrale du Bugey

> Centrale nucléaire du Bugey : la rustine ne tient pas

> Nucléaire : la métropole de Lyon aura son mot à dire sur la centrale du Bugey

Post-scriptum : La décision est tombée en pleine torpeur estivale… Le 29 juillet, l’ASN a autorisé la mise en service d’Iceda, une « installation nucléaire de base » destinée à entreposer des déchets radioactifs sur le site du Bugey. Mediacités vous avait raconté par le menu ce projet très décrié, qui avait fait l’objet d’une annulation de permis de construire, dans une enquête publiée en novembre 2017.

Iceda servira à stocker les déchets des centrales de première génération en cours de démantèlement un peu partout en France (Brennilis, Chooz, Chinon…). EDF attendait d’ouvrir sa poubelle géante depuis 2016. C’était compter sans l’ASN qui lui a demandé « à quinze reprises » de compléter son dossier avant de lui accorder son feu vert cet été.

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2017/11/15/edf-va-entasser-ses-dechets-radioactifs-au-bord-du-rhone/

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.