Un ancienne prison en Argentine. Photo : Luis Argerich via Wikimedia CC.

Prisons : un indice pour comparer les conditions carcérales d’un pays à l’autre

Ce sont des endroits soustraits au regard du grand public, de plus en plus relégués, en France, aux confins de nos agglomérations (comme celle de Corbas, dans l'Est lyonnais)… Que se passe-t-il dans les prisons ? Depuis trois ans, via sa plateforme en ligne, l’association lyonnaise Prison Insider, reconnue d’intérêt général, documente les conditions d’incarcération à travers le monde. Taux d’occupation, durée moyenne de détention, conditions sanitaires, respect ou non des droits des prisonniers… Pays par pays, la petite équipe de cinq salariées, basée à la Duchère, établit des fiches fouillées, complétées par des témoignages et par un suivi de l’actualité carcérale. Mais Prison Insider compte aller plus loin.

L’association cofondée par Bernard Bolze (qui avait auparavant fondé l’Observatoire international des prisons) s’est attelée à la création d’un indice international pour comparer, à l’aide de notations, les conditions de détention d’un pays à à l’autre, un peu à la manière de Reporters sans frontières, qui, chaque année, classe les États en fonction de leur respect de la liberté de la presse. « On peut mesurer le degré de civilisation d’une société en visitant ses prisons », soulignait, lors d’une conférence de presse organisée ce 22 septembre à Lyon, l’avocate Roksana Naserzadeh, co-présidente de Prison Insider, en citant Dostoïevski.

L'universalité des critères

Surpopulation, hygiène, échanges avec les familles, qualité des repas, sécurité, accès à un service de santé, condition des femmes détenues… Pour construire son indice, l’association peut s’appuyer sur son recensement des règles et de leur réalité dans les prisons. Elle s’est par ailleurs associée à Sciences Po Grenoble, à un laboratoire de l’université Paris Dauphine et au centre de recherche en droit pénal de l’Université libre de Bruxelles.

« Outre la quantité et l’accès aux informations, le principal défi pour notre projet concerne l’universalité des critères. Qu’est-ce que cela signifie de "bien manger" dans un pays où une partie de la population souffre de malnutrition ? D’être en bonne santé dans un pays où le système de soins est mauvais ?, interroge Florence Laufer, la directrice de Prison Insider. Pour répondre à ces questions, nous nous entourerons d’un comité d’experts. »

« L’indice de normalisation des prisons », son nom provisoire, a vocation à introduire un peu de transparence dans un univers opaque. « De montrer aussi que le secteur carcéral peut évoluer, être dynamique », reprend Florence Laufer. Prison Insider se donne trois ans pour concrétiser son idée sur les 47 pays qui composent le conseil de l’Europe et quelques autres dans un premier temps.

N.B.

A (re)lire dans les archives de Mediacités

> Coronavirus : plus d’une quarantaine de mutineries dans les prisons françaises

> Bernard Bolze : « Nous construisons, en France, trop de prisons » 

> Prisons : ces serrures crochetables en moins de deux minutes…

> L’Occitanie, triste championne de France de la surpopulation carcérale

> Ces condamnés qui purgent leur peine à l’air libre

 

Précédemment dans l'Oeil

Le long de l’A89, la justice enterre un projet d’entrepôt logistique

Au nom de la défense d’espèces protégées, le tribunal administratif vient d’annuler un arrêté préfectoral permettant la construction d’un méga-hangar à l’ouest de Lyon, en plein corridor écologique.

Quand Le Progrès recopie au mot près la communication de la ville de Lyon

Dans son édition du 11 octobre, le journal a publié un article dont le texte est tout droit tiré d’une page publiée par le site de la collectivité de Grégory Doucet, sans le signaler à ses lecteurs.