« Nous construisons, en France, trop de prisons »

Fondateur en 1990 de l’Observatoire international des prisons (OIP), l’ancien journaliste Bernard Bolze défend aujourd’hui les droits et la dignité des détenus à travers Prison Insider, un centre d’informations en ligne sur les lieux d'incarcération à travers le monde.

France Prisons
Près de 40 000 détenus (sur)peuplent les maisons d’arrêt françaises (ici, celle de Fresnes). photo : Sipa.

Avec Prison Insider, vous avez créé un observatoire mondial de l’incarcération. Dans quels pays, aujourd’hui, emprisonne-t-on le plus ?

La Turquie, pour des raisons politiques [238 détenus pour 100 000 habitants] et les Etats-Unis [693 détenus pour 100 000 habitants], qui ont adopté la stratégie de l’enfermement massif, celle de la politique « tolérance zéro », avec des personnes incarcérées à vie. De l’autre côté de l’Atlantique, « la perpétuité » correspond vraiment à la perpétuité et on assiste à une industrialisation de l’emprisonnement. D'ailleurs, le modèle des méga-prisons américaines suréquipées s’exporte, en particulier en Amérique latine où les Etats-Unis envoient leurs propres équipes. Et partout, nous observons une même tendance à des centres pénitentiaires de plus en plus grands, comme l’immense projet à Haren, dans la région de Bruxelles [1190 places].

A l’inverse, quels états recourent peu à la prison ?

L’Inde, des pays d’Afrique noire, le Japon… Pour quelles raisons ? Au Japon [48 détenus pour 100 000 habitants] qui est une île, donc un espace fermé, très peuplé de surcroît, le contrôle social et la discipline collective sont plus forts. Il n’en reste pas moins que leurs prisons sont épouvantables, avec dans certaines d’entre elles des détenus contraints au silence. Je pourrais également citer les pays du nord de l’Europe, des communautés humaines plus restreintes, qui abordent la sanction avec pragmatisme. On regarde ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

En France, l’idéologie a pris le dessus. Alors qu’on sait que les réductions de peine permettent de diminuer le taux de récidive, nous sommes l'un des rares pays d’Europe où la population carc . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Propos recueillis par Nicolas Barriquand