Une enseigne Lidl. Photo : N.B./Mediacités.

À Vaulx-en-Velin, Casino torpille le Lidl d’Hélène Geoffroy

C’est non. Comme l’a découvert Mediacités, la Commission nationale d’aménagement commercial (Cnac) a émis un avis défavorable, ce mardi 15 décembre, au projet de magasin Lidl à Vaulx-en-Velin. Ses promoteurs ont encore la possibilité de former un recours contentieux devant la cour administrative d’appel de Lyon. Ce supermarché de 1 273 mètres carrés doit sortir de terre - son ouverture était prévue fin 2020 - sur une vaste friche boisée, à la lisière du quartier du Village, et à quelques encablures de la rocade Est.

La Cnac  avait été saisie par le concurrent Casino suite au feu vert obtenu par Lidl, en juillet dernier, de la part de la Commission départementale d’aménagement commercial (Cdac), son instance locale. Le groupe stéphanois, qui ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet, vient tout juste d’emménager dans des locaux flambant neufs, au cœur de la commune dirigée par la socialiste Hélène Geoffroy. Il ne voyait pas d’un bon œil le retour à Vaulx de l’enseigne de hard-discount. Lidl avait déserté la ville après avoir vu son magasin du centre-ville (850 mètres carrés), ravagé par les flammes en 2013 puis en 2015. Interpellé, l’auteur du second de ces incendies criminels avait expliqué avoir agi sous la menace d’un mystérieux commanditaire. Il avait été condamné à trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis.       

Controverse politique

Depuis, la réouverture d’un Lidl à Vaulx-en-Velin a viré à la controverse politique. Selon la municipalité, l’implantation d’un tel supermarché « de dernière génération » répond au besoin d’une moyenne surface alimentaire dans ce secteur Cachin-Village. Sur le site, la collectivité a aussi programmé la réalisation d’un équipement sportif dédié à la pétanque et la construction d’une école.  

Le groupe municipal d’opposition « Agir ensemble pour Vaulx-en-Velin » ne l’entend pas de cette oreille. Ses élus (Christine Bertin, Sacha Forca et Audrey Watrelot) contestent la pertinence d’un projet qui, selon eux, « va fragiliser les commerces du centre du Village » et « entraîner la disparition d’un lieu abritant une large biodiversité ». Une pétition en ligne depuis l’an dernier pour réclamer l’abandon du projet a recueilli un peu plus de 160 signatures (le groupe « Agir ensemble pour Vaulx-en-Velin » revendique de son côté près de 1300 signataires). « Le gouvernement veut lutter contre l’artificialisation des sols en interdisant la création de nouveaux centres commerciaux. Ces orientations rejoignent les préoccupations de la nouvelle équipe métropolitaine », soulignent les conseillers municipaux anti-Lidl dans le secteur Cachin.

Patate chaude

De fait, la patate chaude de ce supermarché pourrait atterrir rue du Lac, dans le 3e arrondissement de Lyon, où siège le Grand Lyon. Au printemps dernier, la Métropole encore dirigée par David Kimelfeld avait donné son accord à la vente d’une parcelle, propriété de la collectivité, sur le tènement de l’avenue Marcel-Cachin où souhaite s’implanter Lidl. Dans la foulée, le groupe de grande distribution a déposé une demande de permis de construire.

Selon nos informations, Hélène Geoffoy, 6e vice-présidente de la Métropole, a défendu lors d’une réunion, au début de l’automne, le bien-fondé de l’opération devant quelques-uns de ses collègues écologistes de l’exécutif de Bruno Bernard (EELV). Ce jeudi 17 décembre, la maire de Vaulx aurait évoqué la décision de la Commission nationale d’aménagement commercial sur sa page Facebook en assurant qu’une nouvelle mouture du projet serait dans les cartons. Avant de retirer, quelques minutes plus tard, son post.

Pour l’heure, l’équipe du Grand Lyon élue en juin dernier ne s’est pas prononcée sur le dossier. L’avis défavorable de la Cnac lui offre un répit. Elle lui évite (pour le moment ?) un nouveau potentiel psychodrame au sein de la majorité après celui de l’OL Arena.

Hervé Pupier

Précédemment dans l'Oeil

Par où passeront les « autoroutes à vélos » du Grand Lyon ?

La Métropole de l’écologiste Bruno Bernard a dévoilé les 13 lignes de son « Réseau express vélo », rebaptisé « Les Voies lyonnaises ».

D’anciens proches de Gérard Collomb créent un micro-parti… « pour les années à venir »

Selon les informations de Mediacités, l’ancien élu lyonnais Ali Kismoune et Jérôme Payen, qui fut le chef de cabinet de l’ex-maire de Lyon, viennent de créer un mouvement politique.