Nucléaire : les écologistes lyonnais mettent la pression sur la centrale du Bugey

Ils veulent en finir avec la doyenne des centrales nucléaire en activité en France. Dans un communiqué commun, les élus écologistes de la Métropole et de la ville de Lyon ont réclamé mardi « l’arrêt définitif et, à terme, le démantèlement de la centrale nucléaire du Bugey ». Et ce « avant 2024 ».

Signé par les présidents de groupes, un adjoint à la ville et deux vice-présidents du Grand Lyon, le texte demande à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), chargée du contrôle des installations, « de refuser la prolongation de dix ans de l’activité de la centrale nucléaire du Bugey ». Les élus invitent « tout le monde » à participer à la consultation publique organisée jusqu’au 22 janvier par l’ASN sur le fonctionnement de certains réacteurs d’EDF (dont deux au Bugey) au-delà de quarante ans.

L’objectif est de « protéger les habitants de la métropole de Lyon » des risques d’incident, justifient les élus, qui soulignent que la centrale est située à seulement trente kilomètres de Lyon et est « l’une des plus exposées aux risques sismiques ».

Doutes sur les travaux en cours

Cette prise de position, dans la ligne nationale de celle d’Europe écologie-Les Verts, intervient alors qu’une série de dysfonctionnements (avaries, incidents, retards de chantiers) perturbe le fonctionnement de la centrale du Bugey ces derniers temps, comme l’écrivait Mediacités il y a quelques jours. La visite décennale d'un réacteur a suscité un bras de fer entre EDF et l’ASN, sans rassurer complètement sur la capacité de l’électricien à mener à bien les travaux pour augmenter la durée d’exploitation des centrales.  

Cette prise de position des écologistes lyonnais intervient aussi dans le contexte des élections régionales qui devraient se tenir en juin prochain. Parties très tôt, dès le mois d'octobre, en misant sur la candidature de Fabienne Grebert, les troupes d’EELV ont encore du mal à peser face au mastodonte Laurent Wauquiez. Dans la centrale nucléaire de l'Ain, elles pourraient bien trouver une source d’énergie pour alimenter leur campagne.

Mathieu Périsse

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2021/01/05/serie-noire-a-la-centrale-nucleaire-du-bugey/

Post-scriptum [ajouté le 21 janvier, 14h30- Réplique courroucée des élus de droite de la Métropole de Lyon le lendemain du communiqué des écologistes. Le groupe d'opposition, présidé par le maire LR de Caluire-et-Cuire Philippe Cochet, s'offusque de « l'autoritarisme hégémonique » des Verts, la volonté de fermer la centrale du Bugey n'étant, selon ces conseillers métropolitains, que « l'expression d'un pur dogmatisme ». « Cette demande de fermeture met en danger l’indépendance énergétique de notre territoire », poursuivent-ils avant d'apporter « sans ambigüité » leur soutien à l'industrie nucléaire. Chacun dans son rôle... 

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.