Le stand d'Ouvry au salon Idex. Photo : Twitter @Ouvry_NRBCe.

Les bonnes affaires du lyonnais Ouvry au salon de l’armement d’Abou Dhabi

L’entreprise lyonnaise Ouvry a dû sabler le champagne... Dans un communiqué, l’International defense exhibition (Idex), salon de l’armement qui s’est tenu du 21 au 23 février derniers à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis [relire notre enquête sur les industriels de l’armement d’Auvergne-Rhône-Alpes], annonce, parmi d’autres partenariats, un contrat de 22 millions d’euros entre les forces armées émiraties et ce spécialiste des équipements de protection.

Selon l’Idex, la vente porte sur « des missions préventives de défense chimique ». Interrogé par Mediacités sur la nature de ces « missions », Ludovic Ouvry, président et fondateur de la société, évoque des combinaisons et autres équipements de protection. « Le contrat a été passé sur trois ans », précise-t-il. La transaction reste importante pour Ouvry : son chiffre d’affaires s’élevait, selon son patron, à 15 millions d’euros en 2020. Il devrait modestement connaître « une petite croissance en 2021 », commente le chef d’entreprise.

« Une punition injuste et blessante »

De quoi remonter le moral des troupes alors que Ludovic Ouvry déplorait, le 19 février dernier dans les colonnes de Tribune de Lyon, la suppression d’une subvention annuelle de la Métropole de Lyon, d’un montant compris entre 50 000 et 60 000 euros, à Eden, cluster des PME de défense, de sécurité et de sûreté qu’il préside - une décision révélée dans nos pages. « Une punition injuste et blessante », reprend Ludovic Ouvry auprès de Mediacités. Le dirigeant met en avant les activités civiles des entreprises du cluster. Dans le secteur de la défense, nombre de sociétés produisent à la fois pour le militaire et le civil.

C’est toutefois bel et bien pendant le plus grand salon de l’armement du Moyen-Orient qu’Ouvry a décroché un méga-contrat avec une monarchie engagée dans une guerre au Yémen, fortement condamnée par les Nations unies. Dernièrement, le régime d’Abou Dhabi a aussi été la cible des critiques d’une soixantaine de députés français qui condamnent ses dérives autoritaires.

Les Titus de Nexter

Ouvry est loin d’être la seule entreprise d’Auvergne-Rhône-Alpes à alimenter en matériel militaire les Émirats arabes unis ou l’Arabie Saoudite, également accusée de violer les droits humains au Yémen. En janvier, Mediacités avait consacré une enquête au long cours à ce secteur d’activité dans la région. Nous dévoilions notamment que le fabricant Nexter (implanté à Roanne) préparait une offre pour 400 véhicules de transport de troupes Titus à destination des Émirats. Quelques jours avant le début de l’Idex, dans une interview accordée au mensuel émirati Al Jundi, Dominique Morisset, délégué de Nexter dans l’état du Golfe, confirmait l’intérêt d’Abou Dhabi pour les Titus (ainsi que pour d’autres matériels de Nexter).

De son côté Olivier Travert, directeur commercial export du groupe, s’est félicité dans le magazine du salon « de sa capacité à construire localement [ces véhicules] ». Si la vente se concrétisait, les Titus pourraient donc ne pas être fabriqués à Roanne... Ce ne serait pas le moindre des paradoxes de la part d’industriels de l’armement qui justifient souvent leur activité au nom de l’emploi créé en France.

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.