Pour qui ? Combien ? Quand ? Les chiffres du « RSA jeunes » expérimenté par le Grand Lyon

Appelez-le « RSJ » comme « Revenu de solidarité jeunes ». Ce lundi 15 mars, la Métropole de Lyon, présidée par l’écologiste Bruno Bernard, a voté l’expérimentation d’un dispositif d’aide destiné aux 18-25 ans, catégorie qui ne peut pas prétendre au Revenu de solidarité active (RSA). Le point en quelques chiffres.

2000. C’est le nombre de personnes, estimé par les services du Grand Lyon, qui devraient bénéficier du dispositif. Celui-ci s’adressera aux 18-25 ans, Français ou étrangers en situation régulière, qui vivent dans la Métropole depuis au moins six mois, ne sont pas ou plus étudiants, et qui ne reçoivent aucune autre aide financière (y compris familiale).

300 ou 400 euros. C’est la somme mensuelle allouée aux bénéficiaires du futur RSJ. 400 euros pour les jeunes sans aucune ressource d’activité ; 300 euros pour ceux qui perçoivent moins de 400 euros de revenus. Elle vise « à combler un trou dans la raquette » des aides sociales, selon les mots de Bruno Bernard.

Deux ans. C’est la durée maximale du RSJ pour chaque bénéficiaire. L’aide sera attribuée pour une durée de trois mois et la situation de chaque bénéficiaire doit être réévaluée chaque trimestre.

10 millions d’euros. C’est le montant de l’enveloppe qui sera consacrée au RSJ pour l’année 2021. Elle sera renouvelée, année après année. L’opposition de droite au Grand Lyon s’est alarmée de « l’absence prévisible de maîtrise des budgets de cette opération. Rien ne nous dit qu . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Cet article concerne la promesse :
« Créer un RSA jeune pour les 18-25 ans »
Voir toutes les promesses

Précédemment dans l'Oeil

Marché public truqué du Puy-en-Velay : le maire en garde à vue

Michel Chapuis a été mis en garde à vue, ce 22 juin, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour favoritisme et corruption sur la concession des halles alimentaires de la ville. Une affaire révélée en mars dernier par Mediacités.

Tramways, lanceurs d’alerte, énergie solaire et « chèque-vacances »… au menu du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon

Mediacités publie les 122 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus de la Métropole de Lyon le 27 juin prochain.