Une affiche de Laurent Wauquiez, à Lyon. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

Dans la dernière ligne droite des régionales, Laurent Wauquiez active son armée de maires

Clientélisme ? « Fait pour un homme ou un parti de s’appuyer sur des clientèles pour augmenter son pouvoir politique », définit Le Petit Larousse. Dans la dernière ligne droite de la campagne des élections régionales - et fidèle à sa stratégie de s’appuyer sur les élus municipaux [(re)lire notre article] - Laurent Wauquiez a fait monter au créneau la myriade de maires qui le soutiennent.

De Caluire-et-Cuire à Riotord, bourgade aux confins de la Haute-Loire, de l’Ardèche et de la Loire, en passant par Millery, dans les monts du Lyonnais, ou à Oytier-Saint-Oblas, dans le nord Isère, l’offensive a pris le même aspect : celle d’une lettre du maire de la commune, imprimée sur du papier A4, sans photo ni logo. L’édile y déclare son soutien au candidat LR et suggère à ses administrés de lui apporter leurs voix ce dimanche et le prochain, « dans l’intérêt de notre territoire », comme l’écrit Françoise Gauquelin, maire de Millery et présidente de la communauté de commune de la Vallée du Garon.

« Vous le savez, je ne suis adhérent à aucun parti politique »

Invariablement, les missives sont construites de la même façon. Les maires listent les subventions que la collectivité de Laurent Wauquiez a attribué à leurs communes au cours du mandat. À Caluire-et-Cuire ?  160 000 euros pour le bois de la Caille ou encore 757 000 euros pour des terrains de sport. À Riotord ? 150 000 euros pour une aire de jeux. À Oytier-Saint-Oblas ? 105 000 euros pour la construction d’un restaurant scolaire et le réaménagement d’une route. Etc, etc.

« Dans cette période si éprouvante, nous avons pu compter sur la Région », affirment plusieurs lettres. On y retrouve aussi, au mot près parfois - « Vous le savez, je ne suis adhérent à aucun parti politique » ; « Au-delà des clivages partisans, ce qui compte ce sont les actions concrètes » -, le même argument en conclusion : ce n’est pas par esprit partisan que votre maire vous invite à soutenir Laurent Wauquiez mais pour la générosité dont il fait preuve pour notre commune. Sans oublier, en bas de page, le numéro de téléphone pour établir une procuration au bénéfice du candidat.

« Est-ce légal ? »

L’opération « votre maire vous écrit » a fait bondir nombre d’opposants au président d’Auvergne-Rhône-Alpes. « Est-ce légal de recevoir un courrier, dans toutes les boîtes aux lettres d'une commune, pour promouvoir un candidat la semaine des régionales ? », nous ont interrogé plusieurs lecteurs, sur Twitter.

Pour en avoir le cœur net, Mediacités a contacté la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). « L’article L52-8 du code électoral dispose que les personnes morales, à l’exception des partis politiques, ne peuvent participer au financement de la campagne d’un candidat, ni en lui consentant des dons sous quelque forme que ce soit, ni en lui fournissant des biens, services ou autres avantages directs ou indirects à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués », nous répond l’institution, qui ne peut pas s’exprimer sur un cas particulier avant la tenue d’un scrutin. « Cette interdiction s’applique donc aux collectivités territoriales [donc aux communes] s’il était avéré qu’elles aient apporté une contribution à une campagne : il s’agirait alors, si preuve en est faite, d’un financement irrégulier », ajoute la CNCCFP.

Or, le diable se niche dans les détails… Si les lettres ont l’aspect d’un courrier officiel, elles sont assimilables à des tracts : pas de papier à en-tête aux couleurs de la mairie, ni d’enveloppes siglées. Et, si aucun employé municipal n’a participé à l’opération en les photocopiant ou en les distribuant, le gendarme des comptes de campagne ne trouvera rien à y redire. « À Riotord, ce sont les adjoints au maire et leurs familles qui ont fait le tour des boîtes aux lettres, raconte Hubert Celle, opposant au premier édile Guy Peyrard. Mais pour moi, c’est du clientélisme : on arrose les communes avec l’argent de la région, et, en retour, on manipule les élections. »

Combien de maires, sur les 4000 que compte la région, ont pris la plume pour soutenir Laurent Wauquiez ? Contactée, l’équipe de campagne du président d’Auvergne-Rhône-Alpes n’avait pas répondu à nos sollicitations au moment de notre publication. En mai dernier, dans un appel savamment orchestré, ils étaient un peu plus de 1500 à « réclamer » qu'il brigue un nouveau mandat.

Nous avons laissé des messages à Guy Peyrard, maire de Riotord, à Françoise Gauquelin, maire de Millery, et à René Porretta, maire d'Oytier-Saint-Oblas. Aucun des trois n'a répondu à nos sollicitations. « On est en pleine préparation des élections, Monsieur le maire est bien occupé », nous a-t-on indiqué à la mairie d'Oytier. A faire des photocopies de sa lettre ?

Précédemment dans l'Oeil

Lyon Saint-Exupéry : malgré une année 2020 catastrophique, Vinci réclame des millions d’euros de dividendes à l’aéroport

Alors que l’exploitant de « Saint-Ex’ », filiale du groupe de BTP, a enregistré l’an passé plus de 20 millions d’euros de déficit, la maison-mère souhaite encore puiser dans la trésorerie au profit des actionnaires.

Auvergne-Rhône-Alpes : la nouvelle équipe Wauquiez ou la prime aux cumulards

Reconduit à la tête de la région, Laurent Wauquiez a dévoilé, le 2 juillet, les noms de ses 15 nouveaux vice-présidents.