Laurent Wauquiez, ici en juin 2021. Dans un livre, l'ex-préfet Yves Rousset critique sévèrement l'exercice du pouvoir du président de la région. Photo : N.Barriquand/Mediacités.

L’ex-préfet fâché avec Laurent Wauquiez persona non grata à la Fête du livre de Saint-Etienne

Ce serait trop bête de se fâcher avec Laurent Wauquiez ? Alors que la ville de Saint-Étienne organise, du 15 au 17 octobre prochains, sa traditionnelle Fête du livre, une absence remarquée vient cette semaine perturber le plan de communication des organisateurs. Un auteur, en l’occurrence l’ex-préfet de Haute-Loire Yves Rousset, n’est pas le bienvenu à l’événement.

Le nom n’est pas inconnu des lecteurs de Mediacités : en mai, nous avions raconté comment cet ancien haut fonctionnaire décrivait dans son ouvrage La Préfecture est en feu ! (référence à l’incendie de la préfecture du Puy-en-Velay déclenché lors d'une manifestation de gilets jaunes) le système politique clanique et ultra-verrouillé mis en place par le président d’Auvergne-Rhône-Alpes dans son fief du Puy.

Basé à Saint-Étienne, l’éditeur d’Yves Rousset, l’association Abatos, a proposé le nom de son auteur (avec trois autres) pour qu’il figure dans la programmation officielle de la Fête du livre. Sans succès. La raison ? La région Auvergne-Rhône-Alpes finance à hauteur de 50 000 euros (sur un budget de 600 000 euros) le festival littéraire. Et dans un mail envoyé au président des éditeurs régionaux et dévoilé par Le Canard enchaîné, la commissaire générale du salon Isabelle Rabineau n’y va pas par quatre chemins : « Je trouve peu élégant, alors que les éditeurs et auteurs sont invités intégralement par un événement subventionné en partie par la région de solliciter des textes qui peuvent contrevenir à l’existence de la manifestation dans les années à venir. » Exit donc le « sulfureux » Yves Rousset !

« Local éphémère »

Depuis, le maire de Saint-Étienne Gaël Perdriau (LR) assure dans les médias locaux qu’il « n’y a pas de filtre politique dans la sélection des auteurs ». Et Isabelle Rabineau renvoie la responsabilité du choix des écrivains sur les éditeurs locaux (chaque éditeur stéphanois peut programmer deux auteurs). « Elle tente de renverser la vapeur, mais la réalité c’est bien que l’ancien préfet a été écarté de la Fête du livre », confie à Mediacités Jean-Pierre Crosato, président d’Abatos. Contactée, la commissaire générale du salon n’avait pas répondu à notre sollicitation au moment de notre publication.

Yves Rousset ne sera toutefois pas absent de Saint-Étienne les 15, 16 et 17 octobre. Son éditeur a annoncé avoir trouvé « un local éphémère », place Dorian, en plein centre-ville, pour accueillir l’ancien préfet le temps de la Fête du livre.

L'autre indésirable

Yves Rousset n'est pas le seul auteur d'Abatos à ne pas avoir été programmé à la Fête du livre. La maison d'édition avait également proposé le nom de Jacky Rocher, auteur de Tranches de maire. Dans ce livre présenté comme « une fiction documentaire », celui qui fut le premier édile de Montregard, une bourgade du Velay - nous sommes toujours dans le fief altiligérien de Laurent Wauquiez -, convoque son expérience d'élu rural pour décrire le théâtre politique local. Comme l'a noté le site La Commère 43, il y brosse notamment le portrait d'un jeune loup brillant, « bulldozer politique » qui « derrière la poignée de main, dissimule le poignard félon dans son dos ». Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées...

Précédemment dans l'Oeil

Jacques Gerstenkorn, « Monsieur Cinéma » de l’université Lyon 2, accusé de harcèlement et d’agression sexuelle

Selon une enquête de Rue89Lyon, l'enseignant est visé par des accusations de harcèlement et d'agression sexuelle. Une enquête administrative a été ouverte par l'université.

ZFE dans la Métropole de Lyon : les points qui restent à trancher

La Métropole de Lyon a lancé vendredi le début d'une consultation de cinq mois autour de la Zone à faibles émissions. Plusieurs points restent encore en débat avant la sortie du diesel en 2026.