Louis Ribes faisait poser des enfants nus avant de les agresser. Photo : collection L.Gemet/C.Deluermoz.

« Nous sommes encore les grands oubliés » : les victimes de l’abbé Ribes dénoncent les « manquements » de l’Église

Ils veulent « contraindre l’Église à agir et tenir ses engagements ». Vendredi 6 mai, le collectif des victimes de l’abbé Louis Ribes, prêtre pédocriminel décédé en 1994 et auquel Mediacités avait consacré une longue enquête en janvier dernier, a tenu une première conférence de presse à Lyon. À l’initiative de ce regroupement, Annick Moulin et Luc Gemet ont dénoncé les « manquements de l’institution catholique » et détaillé dix revendications pour obtenir reconnaissance et réparation.

Après les réunions publiques organisées en début d’année par les diocèses de Lyon, de Saint-Etienne puis de Grenoble pour « favoriser la parole », les victimes devaient se retrouver au « centre des décisions ». Mais de nombreuses questions restent sans réponses et les membres du collectif estiment être « encore les grands oubliés ». « On nous a promis des choses, mais on n’a rien, aucune visibilité, regrette Annick Moulin. Avec toutes les affaires qu’il a connues, le diocèse [de Lyon] devrait être expert de la question… Nous nous sommes aperçus qu’ils n’ont toujours pas les qualités humaines et les compétences professionnelles pour en gérer l’ampleur. »

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Précédemment dans l'Oeil

Ville de Lyon, Métropole, Région : quelle collectivité pratique les salaires les plus élevés ?

La Gazette des communes a compilé les dix plus hautes rémunérations des principales collectivités territoriales et leur répartition entre hommes et femmes.

Berges du Rhône, Microsoft et création de drapeaux au menu du conseil municipal de Lyon

Mediacités publie les 160 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus de la ville de Lyon ce jeudi 7 juillet.