Les 69 membres de la liste Garnier présentés lors du premier meeting de la candidate LR à nantes. / Photo : Antony Torzec

Une liste de droite plutôt “classique” pour la candidate LR à Nantes, Laurence Garnier

La candidate LR à la mairie de Nantes a tenu son premier meeting jeudi 17 janvier à la salle Nantes-Erdre. Elle en a profité pour dévoiler la liste des 69 personnes qui composent la liste « Mieux Vivre à Nantes ». Une liste censée être à l’image des habitants, mais où les dirigeants et les cadres sont surreprésentés.

Sur ses affiches, ses tracts, son site internet, aucune mention de parti politique n’apparait. Seule indication sur les affiches, en guise de baseline sous son nom « Union du centre et de la droite ». A la lecture de la liste, la droite est assurément présente. Le centre, en revanche, se fait bien plus discret… Et pour cause. Comme sa rivale Johanna Rolland, Laurence Garnier a du composer avec le départ de plusieurs colistiers potentiels vers la liste de la marcheuse, Valérie Oppelt (Hervé Grélard et Xavier Fournier). Seule rescapée du centre : l’UDI Anne-Sophie Guerra, troisième sur la liste Garnier. Une nouvelle tête centriste (UDI) fait néanmoins son entrée dans le top 10 : Pauline Weiss, avocate en droit social pour le cabinet Racine à Nantes.

La majorité des « encartés » est donc bel et bien membre des Républicains, à commencer par les actuels conseillers municipaux d’opposition, Guillaume Richard, Julien Bainvel et Benoît Stekr-Ridel (ancien secrétaire de section LR), pour ne prendre que les premiers de la liste.

L’éternel retour de la “société civile”

Pourtant, Laurence Garnier l’assure : sa liste représente un « kaléidoscope de la population nantaise ». Pour preuve, « la majorité des colistiers sont …

Il vous reste 66% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Front contre Front sur les rives de l’Erdre

L'un, ancien représentant du Front de gauche, occupe la quatrième position sur la liste Nantes en commun. L'autre est directeur de campagne de la candidate Rassemblement National, Éléonore Revel. Les deux ont un vieux contentieux que le tribunal de Nantes a jugé récemment.

Revenu médian, taux de pauvreté… Quand “Nantes en commun.e.s” met en avant le niveau de vie de ses candidats

La tête de liste “Nantes en Commun.e.s”, Margot Medkour a présenté hier midi ses 68 colistiers. Entre transparence et communication, la « liste citoyenne » cherche – chiffres à l’appui – à se montrer proche des classes populaires.