Le siège de Nantes Métropole / Google streetview

Présidence de Nantes Métropole : les candidates qui la gardent et celles qui n’en veulent pas

1,3 milliard d’euros de budget, 3220 agents et des compétences allant des transports au logement, en passant par le développement économique, les déchets ou l’aménagement urbain… Comme le résume un cadre de Nantes Métropole, « tous les leviers sont là, c’est un rouleau compresseur ». Par comparaison, la ville de Nantes et ses 481,4 millions d’euros de budget fait d’autant plus pâle figure que 20% de ses 4930 agents sont désormais mutualisés avec l’ancienne communauté urbaine. Rendu public en début de semaine, une étude de l’Institut Montaigne (think tank libéral) sur l’état financier des grandes métropoles françaises le montre : la très forte diminution des dépenses de la ville de Nantes entre 2014 et 2018 (-25%) s’est accompagnée d’une forte hausse de celles de la Métropole (+27%), signe que c’est là désormais que se jouent les politiques publiques. Dans ces conditions, quel maire de Nantes accepterait de se passer de la puissance de feu d’une telle machine ?

Si elle n’occupe pas le cœur d’une campagne municipale plutôt dominée par les problèmes de sécurité, la question métropolitaine revient néanmoins régulièrement dans les propos des candidates. Sur un angle souvent un peu particulier : celui de la gouvernance de ce paquebot regroupant 24 communes de l’agglomération. « C’est un peu une originalité de cette campagne par rapport à celles de 2008 ou de 2014, note ainsi Rémy Le Saout, sociologue …

Il vous reste 75% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !

Précédemment dans l'Oeil

Front contre Front sur les rives de l’Erdre

L'un, ancien représentant du Front de gauche, occupe la quatrième position sur la liste Nantes en commun. L'autre est directeur de campagne de la candidate Rassemblement National, Éléonore Revel. Les deux ont un vieux contentieux que le tribunal de Nantes a jugé récemment.

Revenu médian, taux de pauvreté… Quand “Nantes en commun.e.s” met en avant le niveau de vie de ses candidats

La tête de liste “Nantes en Commun.e.s”, Margot Medkour a présenté hier midi ses 68 colistiers. Entre transparence et communication, la « liste citoyenne » cherche – chiffres à l’appui – à se montrer proche des classes populaires.