Le siège de Nantes Métropole / Google streetview

Présidence de Nantes Métropole : les candidates qui la gardent et celles qui n’en veulent pas

1,3 milliard d’euros de budget, 3220 agents et des compétences allant des transports au logement, en passant par le développement économique, les déchets ou l’aménagement urbain… Comme le résume un cadre de Nantes Métropole, « tous les leviers sont là, c’est un rouleau compresseur ». Par comparaison, la ville de Nantes et ses 481,4 millions d'euros de budget fait d’autant plus pâle figure que 20% de ses 4930 agents sont désormais mutualisés avec l’ancienne communauté urbaine. Rendu public en début de semaine, une étude de l'Institut Montaigne (think tank libéral) sur l’état financier des grandes métropoles françaises le montre : la très forte diminution des dépenses de la ville de Nantes entre 2014 et 2018 (-25%) s’est accompagnée d’une forte hausse de celles de la Métropole (+27%), signe que c’est là désormais que se jouent les politiques publiques. Dans ces conditions, quel maire de Nantes accepterait de se passer de la puissance de feu d’une telle machine ?

Si elle n’occupe pas le cœur d’une campagne municipale plutôt dominée par les problèmes de sécurité, la question métropolitaine revient néanmoins régulièrement dans les propos des candidates. Sur un angle souvent un peu particulier : celui de la gouvernance de ce paquebot regroupant 24 communes de l’agglomération. « C’est un peu une originalité de cette campagne par rapport à celles de 2008 ou de 2014, note ainsi Rémy Le Saout, sociologue . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

La maire de Nantes, Johanna Rolland, élue présidente de France Urbaine

Réélue à la tête de la ville et de la métropole de Nantes en juin dernier, l'élue socialiste prend aussi celle de France Urbaine, association et outil d'influence des grandes villes et métropoles françaises.

Johanna Rolland, bien placée pour prendre la tête de France urbaine

L’association regroupant les élus des grandes collectivités françaises élit aujourd’hui son président. La maire de Nantes est en bonne position pour succéder au toulousain Jean-Luc Moudenc. Et continuer de faire son trou au niveau national.