Mathieu Annereau, candidat LREM à l'élection municipal de Saint-Herblain / Capture d'écran TV5 Monde

Saint-Herblain : règlement de comptes à La République En Marche en vue des municipales

[Info Mediacités] Matthieu Annereau, candidat LREM à Saint-Herblain présentera sa liste jeudi prochain. Une liste qui n’est pas du goût de certains anciens postulants à l’investiture En Marche. Ils viennent d’envoyer une lettre assassine à la commission nationale d’investiture du parti. Mediacités a pu la consulter et en publie des extraits.

« Municipales 2020 : Investi par En Marche à Saint-Herblain, Matthieu Annereau peine à rassembler », titrait Mediacités en septembre dernier. A une semaine de la présentation de la liste du candidat macroniste prévue le 13 février, l’information se confirme. Pour tout dire, nous étions même – largement – en-dessous de la vérité.

Petit retour en arrière : il y a un peu moins de six mois, la troisième ville de Loire-Atlantique (46 000 habitants) comptait pas moins de quatre prétendants à l’investiture LREM : le conseiller municipal d'opposition(ex LR) au maire (PS) Bertrand Affilé, Matthieu Annereau ; la députée LREM Anne-France Brunet (dont Mathieu Annereau est le suppléant à l’Assemblée nationale) ; le responsable du comité local En Marche, Jordan Allory (ex-PS) ; et l’ancienne responsable des Jeunes avec Macron 44 (ancienne proche LR), Camille Jaffrelo. Bref, que du beau monde et un fauteuil pour quatre. Le 18 septembre, les instances nationales du parti présidentiel tranchaient et accordaient à Matthieu Annereau le précieux sésame électoral. Le conseiller municipal d’opposition promettait alors de rassembler les troupes macronistes avant le premier tour de l’élection municipale.

Une lettre incendiaire

Loupé. Comme peut le révéler aujourd’hui Mediacités, non seulement le rassemblement de marcheurs n’a pas eu lieu mais la guerre est désormais déclarée entre deux anciens candidats à l’investiture et le candidat. Dans un courrier envoyé à Marie Guévenoux et Alain Richard, membres du bureau exécutif de LREM en charge des élections municipales, et co-présidents de la commission nationale d’investiture, Camille Jaffrelo et Jordan Allory s’en prennent très durement à Matthieu Annereau. Nous avons pu consulter cette lettre et le moins que l’on puisse dire, c’est que la charge est violente.  

 

Extrait 1
Extrait de la lettre envoyée par les anciens candidats à l'investiture LREM à Saint-Herblain à la Commission d'investiture du parti.

Et c’est justement l’incapacité à rassembler qui fait l’objet de la première banderille, les anciens prétendants à l'investiture déplorant qu'aucun d'entre eux ne soit présent sur la liste. Pis, ils affirment que Matthieu Annereau aurait eu des mots déplacés à leur encontre. La lettre évoque « des menaces et des attaques sexistes » à l'encontre de Camille Jaffrelo, tandis que Jordan Allory aurait été menacé par le candidat investi de ne « plus avoir d’avenir politique ». Selon les deux signataires, la stratégie politique de Matthieu Annereau est claire : « faire le vide des compétences et des marcheurs autour de lui pour ne créer aucune concurrence interne pour les prochaines échéances électorales pour lesquelles il ne cache pas son ambition ».

Contacté par Mediacités, Matthieu Annereau répond : « Ils s’inscrivent clairement dans une démarche de revanche ! J’ai constitué une équipe, qui historiquement - et je pèse mes mots - n’a jamais été aussi diverse à Saint-Herblain. Ma liste est plurielle politiquement et sociologiquement. C’était cela mon seul objectif. Pour moi, ce qui compte, ce n’est pas de rassembler les personnes qui ont des ambitions politiques. J’ai par exemple missionné M. Allory pour travailler sur certains sujets mais il m’a fait aucun retour.» Quant aux accusations de menaces, le candidat investi est catégorique : « C’est faux ! C’est leur esprit revanchard ! C’est à l’opposé de mes valeurs. Ce sont des personnes négatives ! ». Ambiance, ambiance chez les marcheurs…

Extrait 2
Extrait de la lettre envoyée par les anciens candidats à l'investiture LREM à Saint-Herblain à la Commission d'investiture du parti.

La présence de la femme de Mathieu Annereau sur la liste dans le collimateur

Le deuxième reproche formulé à l’encontre de Matthieu Annereau touche aux questions de transparence et de moralisation de la vie politique. Outre la quasi-absence de marcheurs sur la liste et une prédominance de candidats issus du centre-droit, Camille Jafrello et Jordan Allory dénoncent « la présence sur la liste en position éligible » de l’épouse du candidat, Béatrice Annereau . « Cette vision nous semble bien éloignée de la transparence et la moralisation de la vie politique portée par la majorité présidentielle », écrivent les deux frondeurs. Qui en rajoutent en dévoilant que le candidat Annereau « ne parvient pas à boucler sa liste ». « Pour ne pas avoir à rendre de compte au mouvement, sa directrice de campagne Mme. HILLEREAU a ordonné d’aller chercher n’importe qui pour finir la liste » peut-on lire sur ce courrier. Le principal intéressé réfute ces accusations. « La liste est arrêtée et sera présentée seulement le 13 février. Si mon épouse y figurait - et je le dis au conditionnel - je rappelle qu’elle est engagée politiquement depuis de nombreuses années. La femme d’un élu ne peut donc pas être engagée elle-même ? »        

Extrait 3
Extrait de la lettre envoyée par les anciens candidats à l'investiture LREM à Saint-Herblain à la Commission d'investiture du parti.

Écrite sur le registre de l’indignation, la lettre aux instances du parti n’est pas dénuée d’arrière-pensées politiques. En guise de conclusion, les deux signataires réclament ainsi une place éligible sur la liste ainsi qu’une représentation du centre-gauche. Ils suggèrent également « que les personnes avec de proches liens familiaux ne puissent y figurer». En attendant la décision de la commission nationale d’investiture et à défaut de faire campagne à Saint-Herblain, Camille Jaffrelo et Jordan Allory ne manquent pas de soutenir sur les réseaux ou dans la rue la candidate nantaise de LREM, Valérie Oppelt. Quant à la commission nationale d’investiture, selon nos informations, elle devrait se réunir en urgence pour évoquer le cas Saint-Herblain.

Antony Torzec

Contactés par Mediacités, Camille Jaffrelo et Jordan Allory n'ont pas souhaité répondre aux questions sur leur courrier envoyé à la commission nationale d'investiture considérant qu'il s'agit "d'un document interne".

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Quand France urbaine remercie les agents de la ville de Nantes. Et réciproquement…

Début septembre, une soixantaine d'agents de la ville de Nantes ont participé à l'organisation des journées nationales de France urbaine, l'association des grandes villes françaises présidée par Johanna Rolland.

Maire, présidente de Métropole et directrice de campagne présidentielle : un cumul inédit pour Johanna Rolland

Mediacités est allé fouiller dans les archives : si la maire (PS) de Nantes est officiellement désignée directrice de campagne d'Anne Hidalgo, ce sera une première. Jamais le maire d'une des dix plus grandes villes de France n'a orchestré l'un de ces grands barnums présidentiels. Et on comprend pourquoi.