Front contre Front sur les rives de l’Erdre

Le 6 février dernier, Presse Océan nous apprenait que « le propriétaire d’un domaine donnant sur l’Erdre » avait été condamné le 3 décembre 2019 par le tribunal de police de Nantes à une amende de 400 euros pour « violences volontaires » sur Guy Croupy, militant du collectif « L'Erdre pour Tous ». Les faits s’étaient produits six ans plus tôt, le 22 décembre 2013, alors que des partisans de la libre circulation sur les rives de « la plus belle rivière de France » – selon François 1er – s’étaient à nouveau heurtés à Sébastien de Boüard de Laforest, propriétaire du château de la Poterie, l’un des plus beaux domaines privés bordant le fleuve. Opposé au passage des promeneurs sur sa propriété, le châtelain de 47 ans était alors accompagné de Wilfried van Liempd, l’un de ses amis. Des marcheurs l’auraient « vu pousser Guy Croupy dans le dos », qui était tombé dans l’Erdre et s’était blessé au tibia. Entendu lui aussi dans le cadre de cette affaire, le correspondant local de Ouest-France qui couvrait alors la marche avait confirmé leurs dires.

Le 9 décembre dernier, Sébastien de Boüard de Laforest – qui a toujours nié être l’auteur de « violences » – a fait appel de ce jugement qui l’a aussi condamné à payer 1.600 . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Précédemment dans l'Oeil

Proche de Laurence Garnier, Marc Reneaume ne siègera ni au conseil municipal, ni au conseil métropolitain

A peine élu, l'ancien directeur de campagne de la candidate LR démissionne de ses mandats. Une mise en retrait qui fait suite à la lourde défaite enregistrée par la droite lors des élections municipales.

Entre plaintes et petites phrases, triangulaire tendue entre listes de gauche à Indre

Dans cette commune rose-rouge de l’Ouest nantais, trois candidats divers gauche bataillent ferme pour séduire de 2 817 électeurs. Leurs armes : promesses sociales, accusations de populisme et plaintes.