La cathédrale de Nantes / Photo : Creative Commons - Flickr - Daggett.fr

Malgré le déconfinement, la pollution de l’air reste faible à Nantes

Avec le déconfinement, la pollution ferait-elle son retour à Nantes ? Pas spécialement, si l'on en croit Air Pays de la Loire. Dans son évaluation sur les premiers jours de l’après-confinement publiée le 19 mai, l’agence de surveillance de la qualité de l’air de la région relève un niveau de pollution plutôt bon. Plusieurs facteurs l’expliquent, parmi lesquels une reprise partielle et progressive de l’activité. Si on observe bien une augmentation de la circulation durant la semaine du 11 mai (données Nantes Métropole), celle-ci demeure en baisse de 20 % par rapport au trafic observé en temps normal. Bref, si l'on reste loin des 70 % de baisse atteints pendant certaines semaines du confinement, le recours au télétravail et les mesures encourageant la pratique du vélo semblent avoir permis de limiter l’impact du déconfinement.

Partiellement, du moins. Car comme souvent en matière de pollution atmosphérique, les conditions météorologiques semblent avoir joué un grand rôle. « Nous avons eu beaucoup de vent pendant cette première semaine, c’est idéal pour la qualité de l’air », constate ainsi Marion Guiter, ingénieure d’études à Air Pays de la Loire. Ce qui a permis de dissiper les particules polluantes. À tel point que sur le boulevard Victor Hugo, la présence de dioxyde d’Azote s'approche de celle relevée en . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

La préfecture de Nantes se barricade

L’été prochain, la préfecture de Loire-Atlantique, face à l’Erdre, offrira un autre visage. 65 mètres de grille vont être installés à la place de l'actuelle balustrade de pierre, afin de protéger les services de l’État.

Le conseil régional des Pays de la Loire épinglé pour un manque de parité

L'égalité femmes-hommes dans les nominations à des postes d'encadrement ? En 2017 et 2018, la collectivité dirigée par Christelle Morançais n'en faisait apparemment pas grand cas. Ce malgré ses obligations légales et les lourdes pénalités que la Région se retrouve à devoir payer.