Élections municipales à Nantes : une fin de campagne à l’économie

A Nantes, comme dans toutes les villes où le second tour des Municipales doit avoir lieu dimanche, la campagne s’achèvera samedi à minuit. Mais à bien regarder l’organisation interne des équipes des trois candidates encore en lice, on en viendrait presque à penser que cette campagne s’est achevée il y a trois mois, le 17 mars, au début du confinement.

Premier signe à sauter aux yeux : la fermeture de tous les QG de campagne. Des quatre candidates qualifiées pour le second tour, aucune n’a conservé son local, ce centre névralgique où se réunissent généralement états-majors et militants et où se préparent les actions de terrain. Les contrats de location avaient été signés avec une échéance au 22 mars, date prévue du second tour avant que ne survienne la crise sanitaire.

Toutes les candidates ont fait le choix de ne pas prolonger des locations parfois fort onéreuses. Comme nous l’avions détaillé dans une précédente enquête sur l’argent des candidates, celui de Johanna Rolland, installé dans les anciens locaux de la Cantine numérique à Nantes, lui a coûté au total 19 000 euros. Il n’a pas encore retrouvé de locataire. Situé face à la mairie, celui de Laurence Garnier reste tout aussi vide. Une différence cependant : les affiches de la candidates sont restées en l’état avec, on l'imagine, l’autorisation du propriétaire.

Vide aussi le petit local où s’était installée la marcheuse Valérie Oppelt, dans le quartier Graslin. Son équipe de campagne loge désormais dans un bureau proche . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Rezé : transition glaciale à gauche entre Gérard Allard et Hervé Neau

Deux ans de démissions en série au sein d’une majorité municipale tourmentée, suivis de huit mois d’une campagne municipale houleuse… Entre Gérard Allard, le maire (PS) battu et Hervé Neau, son ancien adjoint, le passage de relais promettait d’être tendu. Il le fut. Et augure de semaines compliquées pour le nouveau maire.

Proche de Laurence Garnier, Marc Reneaume ne siègera ni au conseil municipal, ni au conseil métropolitain

A peine élu, l'ancien directeur de campagne de la candidate LR démissionne de ses mandats. Une mise en retrait qui fait suite à la lourde défaite enregistrée par la droite lors des élections municipales.