Montage réalisé à partir des affiches des trois listes candidates aux municipales à Indre, près de Nantes.

Entre plaintes et petites phrases, triangulaire tendue entre listes de gauche à Indre

« Une élection, c’est toujours un peu animé sur la commune et ça fait 65 ans que j’y habite ». Au bout du fil, le maire sortant (divers gauche) d'Indre, Serge David, a la gouaille inarrêtable. Une heure et demie durant, il plastronne à propos de son combat écologiste (précurseur, forcément) pour la vallée de Touga ; s’inscrit dans la majorité métropolitaine alors qu’il avait été élu en 2014 sans le soutien des caciques du PS nantais ; se défend contre ceux qui l’accusent d’avoir mené une politique populiste, ciblant notamment les roms. « On prend notre part d'intégration pas plus » répète l’enseignant retraité et toujours encarté CGT alors qu’il n’y a plus qu’un camp, situé sur la commune voisine de Saint-Herblain.

On en perd presque de vue l’élection de dimanche dans l'une des plus petites communes de Nantes Métropole (3 900 habitants) et l'une des rares (dix sur vingt-quatre) où se disputera un second tour. Face à lui et à ses 38,87 % obtenus au premier tour, deux vieilles connaissances – ils étaient dans la même minorité municipale que Serge David il y a 15 ans. D’abord, Thierry Diquélou, 66 ans (Complètement d’Indre, 13,06%), tendance gauche vintage, qui veut «  construire avec les habitants une cantine municipale pour les anciens et les précaires. Ce qui est sans doute irréalisable dans une ville plus grande », convient cet ancien cégétiste. Ensuite, et surtout, Anthony Berthelot (Alternative Indre 2020, 48,07 %), tendance gauche liftée, qui déroule sur « l’urgence écologique, sociale et démocratique. Il faut éviter que des Indrais restent au bord de la route en travaillant avec le CCAS, stimuler . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Combien le FC Nantes va-t-il empocher grâce à sa victoire en Coupe de France ?

Le quinzième titre majeur du club nantais va lui permettre de toucher des dotations fixes et variables de la part de la FFF et de l’UEFA. Auxquelles s’ajouteront des retombées en termes de billetterie ou de transferts de joueurs. Mediacités fait l’addition.

Cinq mois plus tard, la fresque à 25 000 euros de Cap 44 recouverte de graffitis

Signée Lek et RCF 1, deux noms reconnus du street art, la fresque censée embellir le bâtiment Cap 44 et rendre le site plus attractif a déjà été dégradée. Cinq mois à peine après avoir été réalisée.