De Rugy file tout droit vers les régionales

Pari manqué pour l'ancien ministre de l’Environnement. Après avoir occupé la présidence de l'Assemblée nationale au début du mandat d'Emmanuel Macron, le député nantais briguait hier, mercredi 9 septembre, celle du groupe LREM à l'Assemblée. Appelés à voter pour désigner leur nouveau chef de file, les députés de la majorité lui ont préféré l'ancien ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner (36,06% des suffrages, soit 97 voix) ou la député des Yvelines, Aurore Bergé (30,11% - 81 voix).

Arrivé seulement troisième (21,93 %, 59 voix) de ce premier tour (le second se tiendra aujourd'hui) et après avoir apporté son soutien à Aurore Bergé, François de Rugy peut désormais se consacrer pleinement à la campagne pour les élections régionales qui se tiendront au printemps prochain. Comme nous l'expliquions la semaine dernière, s'il a profité de l'été pour sonder les élus régionaux LREM, les parlementaires et des acteurs économiques et sociaux sur une éventuelle candidature, l'ancien adjoint écolo nantais attendaient de voir s'il pourrait succéder à Gilles Legendre avant de se déclarer. L'hypothèque est levée . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

La préfecture de Nantes se barricade

L’été prochain, la préfecture de Loire-Atlantique, face à l’Erdre, offrira un autre visage. 65 mètres de grille vont être installés à la place de l'actuelle balustrade de pierre, afin de protéger les services de l’État.

Le conseil régional des Pays de la Loire épinglé pour un manque de parité

L'égalité femmes-hommes dans les nominations à des postes d'encadrement ? En 2017 et 2018, la collectivité dirigée par Christelle Morançais n'en faisait apparemment pas grand cas. Ce malgré ses obligations légales et les lourdes pénalités que la Région se retrouve à devoir payer.