Peut-être avez-vous passé ces dernières semaines loin de Nantes et des Pays de la Loire, ou tout simplement choisi de vous accorder une pause salutaire, en décrochant de vos habituelles sources d’information ? Pas de panique ! Pour la rentrée, Mediacités vous propose de jeter un coup d’œil rapide sur ces infos estivales qu’il ne fallait pas louper.

L’été des nouvelles têtes
Un nouveau préfet, un nouvel évêque, un nouveau député, une nouvelle présidente d’université… Rien à dire, Nantes a été gâtée cet été. Dans l’ordre chronologique, ce grand chassé-croisé estival a débuté à l’université de Nantes où Carine Bernault prenait ses fonctions le 1er juillet dernier. Comme nous le racontions alors, cette juriste de formation succède à Olivier Laboux (président de 2012 à 2020), forcé au départ par le crash du projet initial d’I-Site NeXT/Nantes Université.

Pour la suite du “point route”, il fallait ensuite prendre la direction de la 5e circonscription de Loire-Atlantique, qui regroupe les cantons de Nantes 8, Carquefou, La Chapelle-sur-Erdre, Ligné et Nort-sur-Erdre. Le 26 juillet, la députée Modem Sarah El Haïry, nommée au gouvernement comme secrétaire d’État chargée de la jeunesse et de l’engagement, y cédait son siège au Palais Bourbon à son suppléant, Luc Geismar. Ancien élu (Modem, lui aussi) de Sainte-Luce-sur-Loire, le directeur régional du groupe Pierre-et-Vacances confiait à France Bleu Loire Océan juste après sa nomination vouloir s’inscrire « dans la continuité » de Sarah El Haïry. Selon la radio, il se serait déjà fixé des priorités : « Travailler sur la question de la fin de vie » et « s'attaquer aux vols de moutons qui se multiplient, depuis le début de l'année, en Loire-Atlantique »…

Le reste des grands départs estivaux se déroulait ensuite dans le centre-ville de Nantes et notamment du côté de la préfecture. Le 29 juillet, Claude d’Harcourt, qui occupait le poste de préfet de région et de département depuis novembre 2018, annonçait sa nomination au ministère de l’Intérieur, à la tête . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h