Johanna Rolland, dans un couloir de l'hôtel de ville de Nantes, le 7 juillet 2020. / Photo : Antony Torzec

La maire de Nantes, Johanna Rolland, élue présidente de France Urbaine

Comme s'y attendaient la plupart des observateurs, Johanna Rolland devient donc la nouvelle présidente de France Urbaine. La maire (PS) de Nantes et présidente de Nantes Métropole succède au toulousain Jean-Luc Moudenc, qui se représentait. Elle occupera jusqu'en 2026 la tête de cette association qui regroupe les élus de 50 grandes villes, 22 métropoles, 13 communautés urbaines, 14 communautés d’agglomération, ainsi que cinq établissements publics territoriaux du Grand Paris, toutes sensibilités politiques confondues.

Les dernières élections municipales avait fait basculer l'équilibre des forces en faveur de la gauche et des écologistes au sein de cette organisation jusqu'ici dirigée par un maire de droite. Johanna Rolland ayant été préférée à François Rebsamen (maire PS de Dijon) par les élus socialistes, après avoir reçu le soutien de leurs homologues écologistes, son élection ne faisait guère de doutes. A la tête de cet outil d'influence, la maire de Nantes aura notamment pour charge de défendre les intérêts des collectivités urbaines auprès de L’État central.

Plus d'informations à venir. En attendant et pour plus de détails sur le contexte de cette élection :

https://www.mediacites.fr/breve/nantes/2020/09/24/johanna-rolland-bien-placee-pour-prendre-la-tete-de-france-urbaine/

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

A terme, la température de Nantes pourrait atteindre celle du Marseille d’aujourd’hui

2,6 degrés de plus à Nantes que dans le reste du département et jusqu'à 7 degrés de plus dans certains secteurs du centre-ville, de l'île de Nantes ou de Nantes Nord. Une étude de l'Auran met en lumière les îlots de chaleur nantais et les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la ville.

Plus d’infractions au confinement en Loire-Atlantique que dans le reste des Pays de la Loire

Le nombre d'amendes délivrées par la police dans chaque département lors du premier confinement a finalement été rendu public.