L'usine Lactalis - Nestlé, au Vallet, près de Nantes. / capture Google Streetview

Quand Lactalis pollue les eaux de Loire-Atlantique

Manquements à la sécurité alimentaire, pollution des rivières, dissimulation d’informations, évasion fiscale à grande échelle, chasse aux lanceurs d’alertes, recyclage de fromages souillés… N’en jetez plus, la coupe est pleine ! Pêle-mêle, voici donc quelques unes des pratiques de Lactalis (Lactel, Président, Bridélice, Galbani, La Laitière, etc) dévoilées cette semaine par nos confrères de Disclose.

Pendant un an, Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi, quatre journalistes de ce média d’investigation indépendant ont enquêté sur cet « ogre du lait » qui a vu le jour il y a plus de 80 ans à Laval, en Mayenne. Un an passé à recueillir des témoignages inédits, interroger des spécialistes, éplucher des centaines de documents administratifs et juridiques. Un an de travail qui jette une lumière – au lait – crue sur ce géant de l’agroalimentaire français, 15 000 salariés et 20 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

Diffusés au fil de la semaine, les cinq épisodes de l'enquête reviennent donc sur les pratiques industrielles, sociales, fiscales et . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Vente des Chantiers de l’Atlantique à Fincantieri : le gouvernement fait l’unanimité contre lui

Lancé il y a plus de trois ans, le projet de cession des Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire au groupe italien Fincantieri n'en finit plus de ne pas voir le jour. Pourtant, malgré les retards et l'opposition des élus locaux, nationaux et des syndicats, le gouvernement semble s'entêter.

L’intelligence artificielle contre le gaspillage alimentaire dans les cantines nantaises

Pour éviter de jeter chaque jour plus d'un millier de repas dans ses cantines scolaires, la ville de Nantes fait appel à l'intelligence artificielle.