Philippe de Villiers, en 2007, lors d'un meeting électoral à Montpellier. / © Photo : Creative Commons - Guillaume Paumier

Puy-du-Fou : Philippe de Villiers perd son procès face au Sans-Culotte

C’était une première. Depuis plus de dix ans que le Sans-Culotte enquête sur le Puy du Fou et son créateur, Philippe de Villiers, jamais le journal satirique vendéen n’avait été trainé en justice. Et puis le « Vicomte », comme le surnomment nos confrères, s’est réveillé. En février 2019, il attaque le mensuel en diffamation après la parution d’un article recensant la parution à venir aux éditions Max Milo de Puy du Fou : la grande trahison, un livre enquête sur le parc d’attraction écrit par Christine Chamard, une ancienne proche de la famille Villiers.

L’ancien président du Conseil départemental de Vendée a-t-il subitement voulu se lancer dans l’un de ces « procès bâillon » destinés à accroître les difficultés économiques de titres de presse à la santé financière déjà fragile ? Ou n’a-t-il pas supporté que les critiques sur sa création proviennent cette fois d’une ancienne bénévole du parc et journaliste du très conservateur Valeurs Actuelles ? Toujours est-il que le 10 octobre dernier le Sans-Culotte se retrouvait devant la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les délits de presse. Pour la première fois de son histoire.

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Près de Nantes, le maire de La Montagne teste un nouveau type d’arrêté anti-pesticides

La guérilla juridique contre les pesticides continue. Le maire de La Montagne, près de Nantes, vient de signer un arrêté d’un genre inédit en France : le texte considère les pesticides comme des déchets et interdit à ce titre leur rejet. Explications.

Vente des Chantiers de l’Atlantique à Fincantieri : le gouvernement fait l’unanimité contre lui

Lancé il y a plus de trois ans, le projet de cession des Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire au groupe italien Fincantieri n'en finit plus de ne pas voir le jour. Pourtant, malgré les retards et l'opposition des élus locaux, nationaux et des syndicats, le gouvernement semble s'entêter.