Philippe de Villiers, en 2007, lors d'un meeting électoral à Montpellier. / © Photo : Creative Commons - Guillaume Paumier

Puy-du-Fou : Philippe de Villiers perd son procès face au Sans-Culotte

C’était une première. Depuis plus de dix ans que le Sans-Culotte enquête sur le Puy du Fou et son créateur, Philippe de Villiers, jamais le journal satirique vendéen n’avait été trainé en justice. Et puis le « Vicomte », comme le surnomment nos confrères, s’est réveillé. En février 2019, il attaque le mensuel en diffamation après la parution d’un article recensant la parution à venir aux éditions Max Milo de Puy du Fou : la grande trahison, un livre enquête sur le parc d’attraction écrit par Christine Chamard, une ancienne proche de la famille Villiers.

L’ancien président du Conseil départemental de Vendée a-t-il subitement voulu se lancer dans l’un de ces « procès bâillon » destinés à accroître les difficultés économiques de titres de presse à la santé financière déjà fragile ? Ou n’a-t-il pas supporté que les critiques sur sa création proviennent cette fois d’une ancienne bénévole du parc et journaliste du très conservateur Valeurs Actuelles ? Toujours est-il que le 10 octobre dernier le Sans-Culotte se retrouvait devant la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les délits de presse. Pour la première fois de son histoire.

Mardi 10 novembre, le canard vendéen en est sorti blanchi. Le tribunal a en effet débouté Philippe de Villiers de toutes ses demandes, relaxant non seulement le journal, mais aussi l'auteure du livre, Christine Chamard, que Mediacités avait interrogé dans l'une de ses récentes enquêtes consacrée au Puy-du-Fou.

Débouté, le "Vicomte" n'a pour autant pas été condamné à verser des dommages et intérêts au Sans-Culotte qui devra supporter les frais d’avocats engagés pour la procédure. Une jolie victoire, donc, mais qui va néanmoins peser sur les finances du journal. Alors pour le soutenir, rien de tel que se procurer sa dernière livraison actuellement en kiosque et consacrée – entre autres sujets croustillants – à l’attitude ambiguë des élus face à l’ogre Amazon.


---> Enquêtes et tribunes : le Puy-du-Fou sur Mediacités :

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Auran, Samoa… À Nantes, les anciens lieutenants de Jean-Marc Ayrault sur le départ

Selon les informations de Mediacités, Benoist Pavageau quittera bientôt la direction générale de l’Agence d’urbanisme nantaise et Jean-Luc Charles celle de la société d’économie mixte chargée de piloter l’aménagement de l’île de Nantes. Avec le retrait de ces anciens proches de Jean-Marc Ayrault, Nantes achève de basculer dans l’ère Rolland.

20 millions d’euros pour les nouveaux trams : le petit cadeau de l’État qui satisfait Nantes Métropole

Comme 96 autres collectivités, la métropole nantaise bénéficiera de subventions de l’État pour la création de ses trois nouvelles lignes de tram. Mais moins que d’autres.