Puy-du-Fou : Philippe de Villiers perd son procès face au Sans-Culotte

deVilliers
Philippe de Villiers, en 2007, lors d’un meeting électoral à Montpellier. / © Photo : Creative Commons – Guillaume Paumier

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Benjamin Peyrel

Attaqué en diffamation par le créateur du parc d'attraction, le journal satirique vendéen a obtenu gain de cause devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

C’était une première. Depuis plus de dix ans que le Sans-Culotte enquête sur le Puy du Fou et son créateur, Philippe de Villiers, jamais le journal satirique vendéen n’avait été trainé en justice. Et puis le « Vicomte », comme le surnomment nos confrères, s’est réveillé. En février 2019, il attaque le mensuel en diffamation après la parution d’un article recensant la parution à venir aux éditions Max Milo de Puy du Fou : la grande trahison, un livre enquête sur le parc d’attraction écrit par Christine Chamard, une ancienne proche de la famille Villiers.

L’ancien président du Conseil départemental de Vendée a-t-il subitement voulu se lancer dans l’un de ces « procès bâillon » destinés à accroître les difficultés économiques de titres de presse à la santé financière déjà fragile ? Ou n’a-t-il pas supporté que les critiques sur sa création proviennent cette fois d’une ancienne bénévole du parc et journaliste du très conservateur Valeurs Actuelles ? Toujours est-il que le 10 octobre dernier le Sans-Culotte se retrouvait devant la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les délits de presse. Pour la première fois de son histoire.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment