Militants écologistes, sur le site naturel du Carnet, menacé par un projet industriel, entre Nantes et Saint-Nazaire. / Photo : Mathilde Doiezie

Les gendarmes, les caméras espions et la zone du Carnet

C’est une curieuse découverte qu’ont fait les opposants au projet – désormais reporté – d’extension du grand port de Nantes - Saint-Nazaire sur la zone naturelle du Carnet. Samedi 14 novembre, le site d’information Reporterre révélait que, fin août, ces militants écologistes avaient retrouvé par hasard deux groupes de caméras de surveillance camouflés dans une fausse bûche d’arbre et de fausses pierres. Ces appareils faisaient apparemment partie d’un dispositif plus étendu qui aurait permis d’observer en direct les participants à la mobilisation prévue ce week-end là.

Permis à qui ? Faute d’identification, la question reste ouverte. Mais les investigations de Reporterre pointent clairement en direction des gendarmes, les seuls, selon le site, à pouvoir disposer d’un matériel d’espionnage aussi sophistiqué.

Mais l’enquête ne s’arrête pas là. Mettant la main sur ces caméras, les militants anti-Carnet ont aussi pu consulter les images qu’elles avaient enregistrées. D’après Reporterre, on y découvre que la veille de ce fameux « week-end de Résistance » des agriculteurs seraient venus épandre sur la zone une « matière maladorante » (des boues de station d’épuration, selon le site), dans le but « probablement de gêner les opposants au projet industriel au Carnet ». Le tout sous l’œil « satisfait » de quatre gendarmes… L’arroseur arrosé. Un truc vieux comme les frères Lumière mais qui, apparemment, fonctionne toujours aussi bien.

---> Lire ou relire nos précédents articles sur la zone du Carnet :

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Quand les campagnes électorales financent la société du chef de cabinet de Sarah El Haïry

Chef de cabinet de la secrétaire d’État à la Jeunesse, Adrien Baron concilie politique et business grâce à sa société de communication MBG Ouest. Une double casquette qu’il a mise à profit lors de deux dernières élections.

Violences faites aux femmes : Citad’elles victime de son – triste – succès

En un an, ce centre d’accueil et de soutien unique en France a accueilli plus de 1250 femmes victimes de violences. Un afflux tel que la ville de Nantes doit augmenter le personnel d’accueil et cherche des co-financeurs. Et, justement, la porte d’un soutien de la Région Pays de la Loire et du ministère semble enfin s’entrouvrir.