L'entrée de la Cour des Comptes, rue Cambon, à Paris./ © CC by TouN

La Cour des comptes égratigne le bilan des métropoles, celle de Nantes comprise

« Un premier bilan peu convaincant »… L’intitulé du rapport que présentait la Cour des comptes mardi 15 décembre résume, à lui seul, l’appréciation que la plus haute juridiction française porte sur les métropoles françaises. Créées par une série de lois dont la première remonte à 2010, ces 22 collectivités nouvelles – dont celle de Nantes - n’ont, selon elle, pas fait la preuve de leur efficacité. Pour le moment du moins. « S’il est prématuré, à ce stade, de tirer des enseignements définitifs de la mise en place de métropoles (…), il est néanmoins possible de dresser un premier bilan d’étape, dont il ressort que les objectifs fixés par le législateur n’ont été que partiellement atteints », écrivent les magistrats financiers.     

Au fil des quelques 300 pages du document, ils détaillent les limites du développement des métropoles, s’appuyant notamment sur les rapports réalisés par les Chambres régionales des comptes, tel celui récemment publié sur la Métropole de Nantes (lire . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Beaux-Arts de Nantes : la mansuétude de la Métropole pointée par la Chambre régionale des comptes

Dans un nouveau rapport rendu public cette semaine, les magistrats financiers relèvent la dette importante de l’École des Beaux-Arts de Nantes - Saint-Nazaire. Et les risques qu'elle fait peser sur la collectivité.

Le préfet de Loire-Atlantique attaque l’arrêté anti-pesticides de La Montagne… qui fait des petits en Ile-de-France

[Info Mediacités] Sommé par la préfecture de retirer son arrêté anti-pesticides d'un nouveau genre, le maire de la commune de l'ouest nantais refuse. Et relance la guérilla juridique entre villes et État autour de ces textes. D’autres mairies publieront d'ailleurs un arrêté équivalent la semaine prochaine.