Le tram-train Nantes-Châteaubriant en gare de Nantes. / Creative Commons - Smiley.toerist

Le tram-train Nantes – Châteaubriant patine toujours

Il faut bien se rendre à l'évidence : l’objectif des 11 200 voyageurs par jour ne sera sans doute jamais atteint. En 2014, au moment de la réouverture de la ligne reliant Nantes à Châteaubriant, la Région Pays de la Loire estimait pourtant qu'il suffirait de trois années d’exploitation pour l'atteindre. Mais voilà : en moyenne, les rames de tram-train n’embarquaient quotidiennement que 1 993 passagers en 2019. Une fréquentation en hausse de 0,5 % par rapport à l'année précédente certes, mais tout de même près de six fois inférieure aux prévisions de départ, alors même que le Covid-19 n'avait pas encore frappé.

C’est ce que révèlent les chiffres définitifs communiqués par la Région et la SNCF lors du dernier comité de lignes “Périubrain nantais”, mi-décembre. Cruel, alors que les majorités successives au conseil régional (UMP, puis PS-EELV, puis à nouveau LR) ont englouti 124 millions d’euros dans ce projet, dont le budget total s'élevait à 270,5 millions d’euros.  « L’échec très discret » que Mediacités révélait dès 2017 se confirme donc. Ce «  ni-tram, ni-train  », qui met plus d'une heure à rallier Châteaubriant , sans correspondance raisonnable pour l’Ille-et-Vilaine voisine n'a pas trouvé son public.    

 

 

Ironie de l’histoire, les trams-trains Nantes-Clisson, affectés sur cette ligne en 2011 pour pallier le retard de l’ouverture Nantes-Châteaubriant, trouvent (un peu) plus leur public. Leur fréquentation a augmenté de 6 % en 2019 par rapport à 2018, pile dans la moyenne régionale, avec désormais 2 280 voyageurs quotidiens, en moyenne. Des chiffres qui devraient alimenter le débat sur la construction/réhabilitation de véritables lignes de « RER nantais ». Une antienne politique des années 1960, remise au goût du jour pas des collectifs d’usagers (Fnaut, Transport de Nantes, etc.) dans la foulée de la Loi d'orientation des mobilités (LOM) de 2019 et poussée par les élus écologistes nantais tout comme... le vice-président (LR) en charge des transports à la Région Pays de la Loire, Roch Brancour.

Thibault Dumas


->>> (Re)lire nos précédentes enquêtes sur le sujet :

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Cette fois, le projet de grande université nantaise semble sur les rails

Au bout de dix ans d’efforts, d’obstacles et de revirements, les administrateurs de six établissements d’enseignement supérieur nantais viennent d’approuver l’alliage les réunissant autour de l’Université de Nantes. L’écriture des statuts du nouvel établissement, dont Mediacités publie l’ébauche, est en cours, avant l’élection de son premier CA, en novembre.

Pacte sécurité de Christelle Morançais : le préfet attend l’issue des élections pour se prononcer

Après les révélations de Mediacités sur l'illégalité du « pacte régional de sécurité » voté par la majorité de la présidente (LR) du conseil régional des Pays de la Loire, nous attendions le point de vue des services de l’État. Il a fini par nous parvenir.