Débarquement d'un vol sur le tarmac de l'aéroport de Nantes-Atlantique. / Photo : Creative Commons - Kevin.B

Réaménagement de l’aéroport Nantes-Atlantique : avant le projet, l’État prépare sa com’

Trois ans après l’abandon du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes, l’Etat s’apprête à lever le voile sur un dossier encore bien nébuleux : celui du réaménagement de l’aéroport de Nantes Atlantique. La DGAC (direction générale de l’aviation civile) vient de lancer un appel d’offre pour trouver la société de communication qui aura en charge « d’assurer la communication sur le projet ainsi que la bonne information et la participation du public jusqu’à l’ouverture de l’enquête publique préalable aux travaux. »

L’entreprise retenue devra notamment réaliser des outils de communication, organiser des évènements publics et former les porteurs du projet à la prise de parole en public et devant les journalistes. La facture totale des prestations ne pourra pas excéder 139 000 euros HT.

Dossier sensible oblige, les candidats à l’appel d’offre devront justifier d’un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 000 euros. « Un tel niveau de capacité financière est requis compte tenu des spécificités et des enjeux du projet objet du présent marché » précise la DGAC.

Capture Appel d’offre

Le flou règne encore

Il faudra bien un peu de com’ pour faire passer ce projet, autour duquel l’incertitude règne encore. Un peu plus d’un an après la présentation de la feuille de route de l’Etat concernant le devenir de la plateforme aéroportuaire nantaise, un premier comité de suivi (qui regroupe élus, services de l’État, chambres consulaires, associations de riverains et de défense de l’environnement, ainsi que les organisations professionnelles et syndicales) s’est tenu à la fin du mois d’octobre. Sans que les participants n’en soient sortis plus éclairés, comme le rapportait alors Presse-Océan. Depuis, la situation ne semble guère avoir évolué. Le 20 janvier, plusieurs élus des communes riveraines de l’aéroport tenaient ainsi une conférence de presse autour de la député (LREM) Aude Amadou.

Dans leur collimateur : le manque de clarté de l’État sur le sujet. Maire de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, commune riveraine de l’aéroport, Jean-Claude Lemasson dénonçait, par exemple, « la lenteur de la mise en œuvre des engagements de l’État. Selon lui, ce dernier « fait le forcing sur des sujets comme le Plan de prévention du bruit dans l’environnement, sans se donner les moyens de la co-construction du projet ». Autant dire que l’agence choisie pour porter la communication du projet devra faire preuve de créativité pour tenter de « vendre » le projet. Les courageux ont jusqu’au 3 février prochain pour faire acte de candidature.

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Quand France urbaine remercie les agents de la ville de Nantes. Et réciproquement…

Début septembre, une soixantaine d'agents de la ville de Nantes ont participé à l'organisation des journées nationales de France urbaine, l'association des grandes villes françaises présidée par Johanna Rolland.

Maire, présidente de Métropole et directrice de campagne présidentielle : un cumul inédit pour Johanna Rolland

Mediacités est allé fouiller dans les archives : si la maire (PS) de Nantes est officiellement désignée directrice de campagne d'Anne Hidalgo, ce sera une première. Jamais le maire d'une des dix plus grandes villes de France n'a orchestré l'un de ces grands barnums présidentiels. Et on comprend pourquoi.