Treillières : grosse alerte sur les finances de la commune

Mairie Treillieres
La mairie de Treillières, en Loire-Atlantique. / © Photo : Guillaume Frouin

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Guillaume Frouin (PressPepper)

Débat houleux en perspective à la mairie de Treillières. Plombé par plusieurs dossiers (rachat des terrains de la jardinerie Gamm'vert, remise en état de la décharge illégale du Bossin), l'endettement de la commune du nord de Nantes vire au rouge.

Débat houleux à la mairie de Treillières. Plombé par plusieurs dossiers (rachat des terrains de la jardinerie Gamm'vert, remise en état de la décharge illégale du Bossin), l'endettement de la commune du nord de Nantes vire au rouge.

Ce lundi soir, 15 mars 2021, le conseil municipal de Treillières, au nord de Nantes, va se pencher sur les grandes orientations budgétaires de la commune pour les années à venir (Lire la mise à jour du 16 mars, après le conseil en fin d'article). Et elles ne sont pas réjouissantes. Dans le document distribué aux élus en amont de leur réunion, on apprend notamment que la capacité de désendettement de la commune va dépasser à compter de 2024 le « seuil d’alerte » habituellement arrêté par les services de l’État.

« La capacité de désendettement (…) représente le nombre d’années que mettrait la commune à rembourser sa dette si elle consacrait l’intégralité de son épargne dégagée sur sa section de fonctionnement à cet effet », est-il expliqué aux conseillers municipaux de Treillières. « Un seuil d’alerte est fixé à 12 ans, durée de vie moyenne d’un investissement avant que celui-ci ne nécessite de nouveaux travaux de réhabilitation. Si la capacité de désendettement de la commune est supérieure à ce seuil, cela veut dire qu’elle devrait de nouveau emprunter pour réhabiliter un équipement sur lequel elle n’a toujours pas fini de rembourser sa dette. Un cercle négatif se formerait alors (…) ». Or, selon ce document, en l . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment