Après l’affaire, nouvelles dates, nouveau directeur et nouvel audit à la Folle journée de Nantes

1280px-FolleJournée2009_ONPL
Concert lors de la Folle journée de Nantes 2009. / Photo : CC by Pymouss

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Benjamin Peyrel

Dix jours après la révélation des malversations financières opérées par l’ancienne directrice du festival de musique classique, le conseil d’administration se réunissait pour la première fois lundi.

Un report, une nomination et un audit… Lundi soir, c’est une musique un peu différente de l'ordinaire qui résonnait au conseil d’administration de la Folle Journée de Nantes. Jamais, sans doute, les administrateurs de la société d’économie mixte (SAEM) qui gère le festival de musique classique n’avaient été confrontés à un tel ordre du jour. Crise sanitaire oblige, ils ont d’abord dû décider d’un nouveau report de l’événement, le second depuis le début de l’année. Si tout va bien, la manifestation créée par René Martin en 1995 se tiendra finalement du 28 au 30 mai prochain. Dans une formule dite « allégée », avec des jauges réduites à 35% de la capacité habituelle d’accueil.

La nouvelle n’était déjà pas joyeuse, mais il fallait ensuite que les administrateurs de la SAEM pourvoient aux conséquences de la démission de la précédente directrice, Joëlle Kerivin, soupçonnée de malversations financières. Première étape : lui trouver un successeur. Le poste a été attribué à Eric Montant. Charge à l’actuel directeur général adjoint de la Cité des congrès de Nantes, nommé jusqu’à la fin du mois de septembre 2021, de gérer la prochaine édition du festival. Et les conséquences de la crise ouverte le 12 mars dernier.

https://www.mediacites.fr/breve/nantes/2021/03/18/la-culture-%e2%80%afa-la-nantaise%e2%80%af-rattrapee-par-les-affaires/
L'audit n'a pas été communiqué
Une crise dont il est encore difficile de mesurer . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment