Plateforme nantaise de e-commerce : Mediacités dévoile les derniers chiffres. Et ils sont mauvais…

«Plateforme nantaise de e-commerce : 630 000 euros de subventions pour rien (ou presque) » titrait la semaine dernière Mediacités. Cette enquête levait le voile sur l’échec de « Ma Ville mon Shopping », la plateforme de e-commerce mise en place mi-avril par la CCI de Nantes - Saint-Nazaire lors du premier confinement. L’ambition était de proposer aux commerçants de Loire-Atlantique un site internet vitrine pour leurs produits, sur lequel les Nantais pourraient pratiquer le "click and collect". Une bonne initiative mais un outil onéreux (630 000 euros de subventions des collectivités locales) et guère efficace comme nous le confiaient de nombreux commerçants.

Malgré le refus initial de nous communiquer les chiffres de vente les plus récents, Mediacités a continué de farfouiller dans l’arrière-boutique de « Ma Ville mon Shopping ». Et a fini par dénicher ces fameuses statistiques, tenues par la CCI Nantes - Saint-Nazaire, l’animatrice de cette plateforme. Tristement, ces chiffres enfoncent le clou planté par notre enquête.

Les produits en ligne

A ce jour, 2 200 commerçants de Loire-Atlantique ont fait confiance à « Ma Ville mon Shopping », la solution développée par une filiale de La Poste. Ils proposent près de 25 000 produits. Soit une moyenne, plutôt faible, de 11 produits par commerçant. Le nombre de produits proposés en ligne a explosé avant Noël 2020, passant de 11 418 produits en octobre 2020 à 24 662 en novembre 2020. Depuis - et malgré le second confinement - il stagne, signe que la dynamique n'est pas au rendez-vous.

 

Les ventes

C’est le gros point noir. Entre juin 2020 et avril 2021, 245 produits en moyenne ont été vendus chaque mois sur « Ma Ville mon Shopping ». Les achats de Noël ont certes boosté la courbe, avec un pic de 969 ventes en novembre 2020, le meilleur mois depuis la création de la plateforme. Cela représentait alors 0,5 produit vendu par commerçant.

 

Lors du dernier confinement (avril 2021), les chiffres sont encore plus désespérants : 334 ventes pour 2 200 commerçants et 25 000 produits en vente. Soit 0,15 vente par commerçant.

 

Les acheteurs

Le nombre d’acheteurs par mois sur « Ma Ville mon Shopping » finit d’enterrer la plateforme d’e-commerce nantaise. La plus importante « affluence » sur le site remonte à novembre 2020. Pour les achats de Noël, 469 clients seulement avaient commandé sur le site. Lors du dernier confinement (avril 2021), ils étaient moins de 200 personnes à s'y être connecté. 200 personnes... Soit 0,01 % de la population de Loire-Atlantique. 

 

 


Lire ou relire notre précédente enquête sur la plateforme nantaise de e-commerce

Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).

Précédemment dans l'Oeil

Pacte sécurité de Christelle Morançais : le préfet attend l’issue des élections pour se prononcer

Après les révélations de Mediacités sur l'illégalité du « pacte régional de sécurité » voté par la majorité de la présidente (LR) du conseil régional des Pays de la Loire, nous attendions le point de vue des services de l’État. Il a fini par nous parvenir.

Le rendez-vous Mediacités sur SUN – L’ouverture à la concurrence des TER en Pays de la Loire

VIDÉO - Chaque premier mercredi du mois, retrouvez les enquêtes de Mediacités sur l'antenne de SUN - le Son unique (93.0 FM à Nantes), à 18 h 45. Ce mois-ci, les coulisses de notre enquête sur l'ouverture à la concurrence des lignes TER en Pays de la Loire.