Les membres fondateurs de Nantes Université. / Photo : Thibault Dumas

Cette fois, le projet de grande université nantaise semble sur les rails

Ils sont venus, ils sont tous là… Cinq directeurs d’établissement, une présidente d’université et deux élues. Bref, une belle brochette de hauts pontes de l’enseignement supérieur nantais réunis, vendredi 11 juin, au dernier étage de la rutilante Halle 6 Ouest, sur l’île de Nantes pour annoncer une naissance prochaine : celle de la future grande université de Nantes, prévue – si tout va bien – le 1er janvier 2022. On connaît déjà son nom de baptême (d’une originalité folle) : Nantes Université.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la gestation a été longue et riche en rebondissements. Elle a peut-être connu ses derniers moments critiques du 25 mai au 10 juin dernier, quand les conseils d’administration des établissements concernés ont dû donner leur approbation au projet. Les votes positifs se sont enchaînés : Beaux-Arts (Esbansn), École d’architecture (Ensa Nantes), Université, Centrale Nantes, CHU, IRT Jules-Verne, plus l’approbation nationale de l’Inserm.

« On attendait tous ce moment depuis un certain temps. Avec une certaine impatience », euphémise Carine Bernault, présidente de l’Université de Nantes. « La réponse aux premiers appels à projets remonte à dix ans. À un moment, j’ai cru que c’était cuit » lâche, entre deux portes, le « doyen » Stéphane Cassereau, qui depuis 2001 a dirigé l’École des mines de Nantes avant de prendre la tête de l'IRT Jules Verne.
Complications en pagaille
Car des complications il y en a eu en masse, comme Mediacités s’en était fait l’écho. Les crises les plus graves sont venues de Centrale Nantes et de son . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.

La Ville de Nantes va (enfin) rémunérer (un peu) les artistes plasticiens qu’elle expose

Présentée en conseil municipal vendredi 24 juin, une délibération prévoit de payer les peintres, sculpteurs et autres artistes lorsqu’ils exposent leurs œuvres dans un lieu d’exposition de la Ville.