La fresque en hommage à Steve Maia-Caniço, quai Wilson, à Nantes. / Photo : Creatice Commons - Erwan Corre

Mort de Steve : le commissaire chargé de l’intervention policière mis en examen

La dépêche AFP est tombée mardi, dans la matinée : Grégoire Chassaing, le commissaire divisionnaire chargé du dispositif policier lors de la chute dans la Loire de Steve Maia Caniço à Nantes, le 21 juin 2019, a été mis en examen pour homicide involontaire par le parquet de Rennes, où l’affaire a été dépaysée. Un autre commissaire, Thierry Palermo, directeur départemental de la sécurité publique au moment des faits, a lui été placé sous le statut de témoin assisté à l’issue de son audition lundi par le juge d’instruction chargé du dossier.

Un peu plus de deux ans après la chute mortelle de Steve suite à une violente charge policière, plusieurs autres personnes ont été convoquées par le juge d’instruction. Parmi elles, la maire de Nantes Johanna Rolland, l’ancien adjoint chargé de la sécurité, Gilles Nicolas, mais aussi l’ancien préfet des Pays de la Loire, Claude d’Harcourt. Tous doivent être entendus d’ici à la fin du mois de septembre.

« Un grand soulagement pour la famille »

Mutée depuis à Clermont-Ferrand, Grégoire Chassaing « conteste les motifs et les termes de sa mise en examen », confie son avocat Me Louis Cailliez, mais « ne souhaite faire aucun commentaire sur une instruction en cours ». « C'est un grand soulagement pour la famille et un sentiment de justice dont ils avaient grand besoin depuis deux ans », a réagi de son côté, l'avocate de la famille de Steve, Me Cécile de Oliveira.

Le 17 juin dernier, l’enquête avait connu un nouveau rebondissement. Un rapport d’expertise commandé par le juge d’instruction rennais avait établi que le téléphone de Steve s’était bien éteint à 4 h 39 cette nuit là, « soit dans le temps de l’intervention de la police nationale », avait expliqué le procureur de Rennes.

Dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, la police avait effectué 33 tirs de grenades lacrymogènes, 10 tirs de grenades de désencerclement et 12 tirs de lanceur de balles de défense (LBD), pour évacuer les teuffeurs d’un quai de Loire d’une trentaine de mètres de large et dépourvu de barrières. Dans un rapport remis en cause par les proches de Steve, l’Inspection générale de l’administration (IGA) avait estimé que l’intervention des forces de l’ordre avait « manqué de discernement »...

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

A terme, la température de Nantes pourrait atteindre celle du Marseille d’aujourd’hui

2,6 degrés de plus à Nantes que dans le reste du département et jusqu'à 7 degrés de plus dans certains secteurs du centre-ville, de l'île de Nantes ou de Nantes Nord. Une étude de l'Auran met en lumière les îlots de chaleur nantais et les risques que le réchauffement climatique fait peser sur la ville.

Plus d’infractions au confinement en Loire-Atlantique que dans le reste des Pays de la Loire

Le nombre d'amendes délivrées par la police dans chaque département lors du premier confinement a finalement été rendu public.