Un buste de Marianne / Photo : Mediacités - Kevin Arquillo

Les commissions d’éthique installées, bientôt un déontologue pour la ville et la métropole de Nantes

Elles sont installées ! Lundi 13 et mardi 14 septembre, les commissions d’éthique et de transparence de la ville et de la métropole de Nantes ont tenu leurs premières réunions. Deux séances d’installation, au cours desquelles aucune décision n’a été prise, mais qui ont permis de concrétiser l’une des promesses électorales de Johanna Rolland. Et aux élus et citoyens qui les composent de se rencontrer pour la première fois.

Ils étaient donc dix autour de la table lundi à la ville, vingt mardi à la métropole. Moitié élus , moitié citoyens. Les premiers avaient été désignés depuis plusieurs mois déjà, les seconds à la fin de l’été, au terme d’un long processus mêlant appel à candidature, sélection sur critères représentatifs (âge, sexe, quartier, etc) puis tirage au sort (sous contrôle d’huissier) pour désigner titulaires, suppléants et réservistes. Mené au cœur de l’été sur les réseaux sociaux et le site des collectivités, le processus a permis de faire émerger près de 300 candidats. Peu, si l’on se réfère au nombre d’habitants de la ville et de la métropole. Satisfaisant, à en croire la ville.    

Un déontologue à choisir parmi huit candidats

Désormais installés, les membres des commissions éthique et transparence vont pouvoir commencer à travailler. A raison de trois commissions par an, ils seront notamment chargés de veiller au respect par les élus de la charte de déontologie adoptée en début de mandat et pourront être saisis soit par les élus, soit par des citoyens, dans des conditions encore à définir. Le 23 septembre prochain, les membres de la commission métropolitaine commenceront par sélectionner les trois noms parmi lesquels Johanna Rolland choisira celui du futur déontologue.

Après la publication de l’offre de vacation, en mai 2021, dix candidats se sont manifestés, dont huit restent aujourd’hui en lice. Des postulants de tous âges et venus de toute la France, selon l’un des membres de la commission, et qui se classent dans deux catégories : les juristes et les spécialistes de l’éthique. Deux profils entre lesquels les membres de la commission devront trancher en se posant cette question : mieux vaut-il opter pour un bon spécialiste de la loi ou choisir une personnalité capable de nourrir la réflexion quand, justement, la loi n’apporte pas de réponses claires aux conflits d’intérêts ou de loyauté soulevés devant la commission ?

Le débat occupait déjà les discussions entre élus membres de la commission et au sein des services, il va désormais être soumis aux réflexions des citoyens tirés au sort. Avant peut-être d’être définitivement tranché par Johanna Rolland qui, après les propositions de la commission, aura un mois pour choisir celui ou celle censé garantir l’éthique en politique sur le territoire nantais.

Cet article concerne les promesses :
« Création d’une commission éthique et transparence au sein du Conseil municipal » « Création du poste de Déontologue de la ville »
Voir toutes les promesses
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Auran, Samoa… À Nantes, les anciens lieutenants de Jean-Marc Ayrault sur le départ

Selon les informations de Mediacités, Benoist Pavageau quittera bientôt la direction générale de l’Agence d’urbanisme nantaise et Jean-Luc Charles celle de la société d’économie mixte chargée de piloter l’aménagement de l’île de Nantes. Avec le retrait de ces anciens proches de Jean-Marc Ayrault, Nantes achève de basculer dans l’ère Rolland.

20 millions d’euros pour les nouveaux trams : le petit cadeau de l’État qui satisfait Nantes Métropole

Comme 96 autres collectivités, la métropole nantaise bénéficiera de subventions de l’État pour la création de ses trois nouvelles lignes de tram. Mais moins que d’autres.