Carine Bernault, présidente de l'Université de Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Carine Bernault bien placée pour devenir présidente de la nouvelle université de Nantes

C’était l’avant dernière étape de la gestation – longue et mouvementée - de Nantes Université (lire nos précédentes enquêtes), le nouveau géant de l’enseignement supérieur nantais regroupant l’université de Nantes, Centrale, l’école des Beaux-Arts et l’école d’architecture. Les 22, 23 et 24 novembre, les personnels et étudiants des quatre établissements étaient invités – par vote électronique – à élire leurs représentants au sein des différents conseils du futur mastodonte.

Sans surprise, c’est la liste menée par l’actuelle présidente de l’université, Carine Bernault, qui est arrivée en tête d’un scrutin plutôt suivi (taux de participation compris entre 61 % à 83 % selon les collèges à élire et plafonnant à 11% pour les étudiants). Elle remporte dix des 22 sièges mis en jeu, suivie de la liste « Ensemble pour le service public d’enseignement supérieur et de recherche » (six sièges) et de l’Unsa-SNPTES (un siège). Côté étudiants, le regroupement d’associations « Bouge ton campus) obtient quatre siège, le syndicat de droite Uni, un seul.

Le 16 décembre prochain, ce résultat devrait – sauf surprise - permettre à Carine Bernault d’être désignée par le nouveau conseil d’administration comme la première présidente de Nantes université. L’ancienne numéro 2 d’Olivier Laboux aura alors cinq ans pour parachever le travail engagé par son prédécesseur et mettre le nouvel ensemble sur les rails.

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.

Précédemment dans l'Oeil

Soupçons de conflit d’intérêts à la mairie de la Limouzinière, près de Nantes

Anticor44 a fait parvenir un signalement au procureur de la République de Nantes. Dans le collimateur de l'association anticorruption : les conditions de la modification du PLU de la commune, qui a bénéficié à certains élus et à leurs proches.

Vinofutur : un nouveau média pour disséquer l’avenir du vignoble

Gel, intempéries, maladies... Alors que le vignoble français traverse une année particulièrement difficile, un nouveau journal nantais lève le nez du verre et s'intéresse à la manière dont les viticulteurs s'adaptent au changement climatique. Comment cultiveront-ils dans 50 ans ? Et que boirons-nous ? Vinofutur se penche sur l'avenir de la vigne et du vin.