Baptisé Vinofutur, un nouveau journal s'intéresse au futur de la vigne et des vignerons. Ici, le vignoble nantais. / Photoe : Creative Commons - Falcon® Photography

Vinofutur : un nouveau média pour disséquer l’avenir du vignoble

« Un niveau historiquement bas »… Conséquence du gel printanier, des intempéries de l’été et du mildiou, le volume de la production française de vin a plongé cette année, pour atteindre 34,2 millions d’hectolitres (soit, tout de même, plus de 4,5 milliards de bouteilles). Un seuil qui renvoie les viticulteurs français à l’année 1957 et qui fait passer la France au troisième rang des plus grands pays producteurs, derrière l’Italie et, pour la première fois, l’Espagne.

Dans le seul vignoble nantais, particulièrement frappé cette année par les aléas climatiques, la Chambre d'agriculture des Pays-de-la-Loire s’attendait fin août à une baisse de 70% des volumes de raisin récolté. Du jamais vu là encore depuis des années, pire encore que le gel de 91 qui avait précipité la filière dans une crise qui dure encore.
Quel vignoble et quels vins en 2072 ?
Avec le changement climatique, ces “aléas” risquent de se multiplier. Comment les viticulteurs se préparent-ils au changement ? Quel vin produiront-ils dans 50 ans ? Et comment ? Quel avenir pour nos terroirs, nos cépages et nos appellations ? Dans quelle direction nos modes de consommation du vin vont-ils se diriger ? C’est à ces questions – cruciales - qu'est aujourd’hui confrontée la filière française, à l’heure d’inventer un nouveau modèle viticole. Et c’est à partir d'elles qu'un nouveau journal papier nantais - indépendant . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.
Voir ma déclaration d’intérêts

Précédemment dans l'Oeil

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.

La Ville de Nantes va (enfin) rémunérer (un peu) les artistes plasticiens qu’elle expose

Présentée en conseil municipal vendredi 24 juin, une délibération prévoit de payer les peintres, sculpteurs et autres artistes lorsqu’ils exposent leurs œuvres dans un lieu d’exposition de la Ville.