Tram-train Nantes-Châteaubriant : (encore) 1,5 million d’euros de travaux avant l’ouverture à la concurrence

Le tram-train Nantes-Chateaubriant, en gare de Nantes (c) Thibault Dumas
Le tram-train Nantes-Châteaubriant, en gare de Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Thibault Dumas

La SNCF installe un système anti-givre sur la partie nantaise du tram-train T1. Des travaux qui portent à 272 millions d’euros la somme d’argent public dépensée pour la réouverture d’une ligne dont la fréquentation patine toujours mais dont l’exploitation pourrait bientôt être concédée au privé.

272 millions d’euros. Voilà désormais la somme d’argent public dépensée pour la ligne de tram-train Nantes-Châteaubriant, rouverte il y a six ans et dont Mediacités révélait dès 2017 « l’échec très discret ». La Région Pays de la Loire a déjà réglé près la moitié de la facture (127 millions d’euros). Mais cette fois c’est surtout l’État qui met la main à la poche, en finançant 80 % du million et demi d’euros de nouveaux travaux, dans le cadre du plan de relance gouvernemental.

Le chantier a débuté mi-novembre et devrait se terminer tout début 2022. « Nous posons depuis mi-novembre un câble électrique sur la partie nantaise de la ligne jusqu’à Babinière, qui fonctionne en 750 volts continus alors qu’ailleurs il s’agit de l’habituel 25 000 volts alternatif. Le système, se déclenche automatiquement dès que les conditions météo sont propices au givre » détaille Maxime Boisson, en charge de cette opération à SNCF Réseau.
Fréquentation toujours en berne 
Une première en France rendue indispensable par des incidents récurrents en hiver sur une ligne au voltage et matériel roulant très spécifiques. Imaginés aux Pays-Bas et très répandue en Autriche cette solution technique « très simple et plus fiable » intéresse désormais la Semitan, pour les nouvelles lignes de tramways de Nantes Métropole.

Sera-t-elle suffisante pour que le tram-train Nantes-Châteaubriant trouve (enfin) son . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment