Gilles Bourdouleix, maire de Cholet et président de la communauté d'agglomération. / Capturé écran Youtube

Indemnités des élus : près de deux jours de garde à vue pour Gilles Bourdouleix

Deux journées et une nuit au commissariat pour le maire de Cholet. Mardi 11 janvier, on apprenait que Gilles Bourdouleix (divers droite) avait été placé en garde à vue le matin même à Angers dans le cadre de l’enquête pour détournement de fonds publics et concussion menée sur les indemnités que s’étaient octroyés les élus de majorité choletaise entre 2008 et 2020. Mercredi 12 janvier, en fin d'après-midi, le procureur de la République d'Angers indiquait que la garde du maire et de deux de ses collaborateurs serait levée dans la soirée. L'enquête préliminaire elle se poursuit.

Elle avait été lancée en juillet suite à un signalement d'Anticor. L’association anti-corruption soupçonne le maire et ses adjoints d’avoir perçu près d'1,5 million d’euros en trop lors du dernier mandat, grâce à des indemnités supérieures au plafond légal (lire les détails dans notre enquête). Gilles Bourdouleix avait récusé l’accusation, expliquant que « les services de la sous-préfecture n’[avaient] rien trouvé à redire » et que « la délibération du conseil municipal sur les indemnités n’a[vait] jamais connu de problèmes avec le contrôle de la légalité. » Le 14 octobre dernier, il avait néanmoins fini par revoir le mode de calcul des indemnités des élus, diminuant ces dernières de 20%.

Trois enquêtes en cours

La justice, avait elle aussi donné suite au signalement d’Anticor, menant une première perquisition à la mairie en août dernier. Hier matin, tandis que Gilles Bourdouleix, son directeur général des services et l’adjointe de ce dernier étaient entendus à Angers, les enquêteurs sont retournés à l’hôtel de ville choletais « pour récupérer certains éléments », a indiqué le procureur de la République, Eric Bouillard.

Gilles Bourdouleix, maire de Cholet depuis 1995, et personnalité largement controversée , fait également l’objet de deux autres enquêtes. L’une pour un appel d’offres concernant la salle des fêtes de Cholet, en 2020. L’autre pour usage irrégulier des armes pendant une période dans la police municipale de Cholet. Dans le cadre de cette dernière, le chef de la police municipale comparaitra devant le tribunal correctionnel de Cholet, le 22 janvier.      

Mise à jour du 12 juillet à 20 heures : Mise à jour du premier paragraphe suite à l'annonce de la levée à venir de la garde à vue par le procureur de la République d'Angers.


Lire aussi : tous nos articles sur l'affaire Bourdouleix
et les indemnités des élus de Cholet

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer le débat public.

Précédemment dans l'Oeil

Mué en emblème national, le futur CHU de Nantes devient « irrémédiable » selon Jean Castex

En visite à Nantes pour poser la première pierre du - très controversé - futur CHU de la ville, le Premier ministre a fait du projet l'emblème du Ségur de la Santé, lancé en mars 2020. Comme lui et malgré les doutes et les oppositions, la maire (PS), Johanna Rolland, juge désormais le projet irréversible.

Loire-Atlantique : ces cliniques et hôpitaux qui opèrent des cancers sans autorisation

Une enquête de Cash investigation dévoile les statistiques d’opérations par établissement et par type de cancer. A Nantes et en Loire-Atlantique, plusieurs hôpitaux ou cliniques ne respectent pas les seuils requis pour certaines activités.