Indemnités des élus : près de deux jours de garde à vue pour Gilles Bourdouleix

Bourdouleix
Gilles Bourdouleix, maire de Cholet et président de la communauté d’agglomération. / Capturé écran Youtube

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Benjamin Peyrel

Le maire de Cholet a été entendu pendant deux jours par les enquêteurs dans le cadre de l'enquête sur les indemnités des élus de la ville.

Deux journées et une nuit au commissariat pour le maire de Cholet. Mardi 11 janvier, on apprenait que Gilles Bourdouleix (divers droite) avait été placé en garde à vue le matin même à Angers dans le cadre de l’enquête pour détournement de fonds publics et concussion menée sur les indemnités que s’étaient octroyés les élus de majorité choletaise entre 2008 et 2020. Mercredi 12 janvier, en fin d'après-midi, le procureur de la République d'Angers indiquait que la garde du maire et de deux de ses collaborateurs serait levée dans la soirée. L'enquête préliminaire elle se poursuit.

Elle avait été lancée en juillet suite à un signalement d'Anticor. L’association anti-corruption soupçonne le maire et ses adjoints d’avoir perçu près d'1,5 million d’euros en trop lors du dernier mandat, grâce à des indemnités supérieures au plafond légal (lire les détails dans notre enquête). Gilles Bourdouleix avait récusé l’accusation, expliquant que « les services de la sous-préfecture n’[avaient] rien trouvé à redire » et que « la délibération du conseil municipal sur les indemnités n’a[vait] jamais connu de problèmes avec le contrôle de la légalité. » Le 14 octobre dernier,

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment