Morgan Simon, derrière Emmanuel et Brigitte Macron, devant la pyramide du Louvre au soir du second tour de l'élection présidentielle. / Capture écran France 2

Relaxe annulée pour « l’homme à la casquette derrière Macron », accusé d’agression sexuelle

La cour d'appel de Rennes a annulé ce mardi 17 mai 2022 la relaxe qui avait été prononcée en première instance en faveur de Morgan Simon, "l'homme à la casquette" qui se trouvait derrière Emmanuel Macron au Louvre après son élection à l'Elysée en 2017 et qui avait fait l'objet d'une plainte pour "agression sexuelle". L'ancien collaborateur parlementaire de la députée LREM Valérie Oppelt était accusé d'avoir commis ces faits sur Victoria Jolly, une militante LREM de Vallet et collaboratrice parlementaire à l'Assemblée nationale. 

La cour d'appel a finalement suivi le raisonnement de l'avocate générale, qui avait « un doute sur la connotation sexuelle » de cette « plaisanterie extrêmement lourde » : les juges ont estimé qu'il n'y avait pas d'agression sexuelle dans cette affaire mais de simples « violences » contraventionnelles. Elles sont aujourd'hui prescrites, faute d'avoir été poursuivies à temps. Morgan Simon a néanmoins été reconnu « responsable des préjudices subis » par la jeune femme : il devra lui verser 1 euro symbolique de dommages et intérêts et lui rembourser ses frais d'avocat.

"L'homme à la casquette" avait en effet eu la « volonté de lui faire du mal et de l'humilier », s'était dite convaincue l'avocate générale lors de l'audience publique. La militante LREM de Vallet avait porté plainte en octobre 2017, dix mois après les faits, par le biais d . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.

La Ville de Nantes va (enfin) rémunérer (un peu) les artistes plasticiens qu’elle expose

Présentée en conseil municipal vendredi 24 juin, une délibération prévoit de payer les peintres, sculpteurs et autres artistes lorsqu’ils exposent leurs œuvres dans un lieu d’exposition de la Ville.