Morgan Simon, derrière Emmanuel et Brigitte Macron, devant la pyramide du Louvre au soir du second tour de l'élection présidentielle. / Capture écran France 2

Accusé d’agression sexuelle, « l’homme à la casquette derrière Macron » rejugé en appel

Rendu célèbre pour avoir figuré derrière Emmanuel Macron, sur les photos de la cérémonie organisée au Louvre au soir de son élection à la présidence de la République, en 2017, Morgan Simon a été rejugé ce mardi 22 mars 2022 par la cour d'appel de Rennes pour « l'agression sexuelle » dont aurait été victime en 2016 une militante LREM originaire de Vallet.

En première instance, l'ancien attaché parlementaire de la députée LREM Valérie Oppelt avait été relaxé « au bénéfice du doute », selon les mots du président du tribunal correctionnel de Nantes, comme Mediacités l'avait relaté. « Les faits d'agression sexuelle sont insuffisamment prouvés au regard du contexte », avait-il alors précisé, évoquant un « enjeu politique » et des « plaintes croisées » entre protagonistes. Mais la partie civile et le parquet avaient successivement fait appel de la décision des premiers juges.

Dans les faits, Morgan Simon était accusé d'avoir « remonté la jupe » et « caressé la poitrine » de Victoria Jolly, le 1er décembre 2016, lors d'une soirée organisée dans un bar de Nantes. Après la relaxe prononcée à l'encontre de son présumé agresseur, la jeune femme était revenue, dans une interview accordée à L . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Arbre aux hérons, Carrousel, Auran… Nantes cumule les problèmes avec ses marchés publics

Dans un communiqué, Anticor 44 révèle la flambée des frais juridiques autour de l'Arbre aux hérons. Et alors que des marchés publics passés par la Samoa et l'Auran, deux satellites de la Ville et de la Métropole de Nantes, sont dans le collimateur de la justice et de la Chambre régionale des comptes, l'association s'étonne, là encore, des procédures utilisées par la Métropole.

Artificialisation des sols et politique foncière : l’étonnant revirement de Nantes Métropole

18 mois après l'avoir quitté pour éviter d'acquitter une taxe, la Métropole de Nantes devrait faire son retour au sein de l’Établissement public foncier de Loire-Atlantique. Une bonne nouvelle pour la lutte contre la bétonisation et « l’alliance des territoires », mais un aller-retour qui interroge et laisse des traces.