Ces industries qui émettent le plus de CO2 à Nantes et en Loire-Atlantique

2022-11-cheminee-usine
Cheminées d’usine. / Image d’illustration – Andreas Fleske – Unsplash

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Benjamin Peyrel

Face au dérèglement climatique, Emmanuel Macron veut inciter les industriels à réduire leur empreinte carbone. Mais qui sont les plus gros émetteurs de CO2 en Pays de la Loire ?

Fumée grise au-dessus de l’Élysée. Mardi 8 novembre, au lendemain de l’ouverture de la COP 27, Emmanuel Macron recevait à Paris une brochette d’industriels français afin de les convaincre de se lancer dans des investissements massifs pour décarboner leurs activités. Et pour cause : il devait s’agir des « dirigeants des 50 sites industriels français les plus émetteurs de CO₂ ». Du moins à en croire les services de la présidence de la République, qui fournissaient même généreusement une carte, reprise parfois un peu vite par certains médias, à l’image de BFM.

À la vue de cette dernière, les habitants de Nantes et de Loire-Atlantique pouvaient se sentir soulagés : pas un seul de ces sites n’était situé dans le département. On en comptait même que deux sur l’ensemble des Pays-de-la-Loire, tous en Mayenne. Faux espoir ! Car parmi les industriels invités par Emmanuel Macron à l’Élysée, plusieurs gros pollueurs manquaient à l’appel. Notamment ceux du secteur de l’énergie, exploitant des raffineries ou des centrales thermiques. Or justement, c’est parmi ces deux activités qu’on retrouve les plus gros producteurs locaux de CO₂. Comme en témoigne cette carte, établie par le cartographe Cédric Rossi à partir des données d'émissions enregistrées par l'Union européenne.

D’un coup, cela change tout… Voilà que l’on trouve dans le département quelques-uns des plus gros émetteurs français . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment