Le bras d’honneur de Yara à ses salariés et aux pouvoirs publics

Entre la nécessaire transformation du site et les licenciements, Yara a fait son choix. Le fabriquant d’engrais chimiques a annoncé « un plan de transformation » de son usine classée Seveso qui prévoit la suppression de 139 des 171 postes. Coup de tonnerre dans le bassin nazairien.

2023-02-Yara-usine-Montoir
Usine Yara à Montoir-de-Bretagne. Photo : Creative Commons

La nouvelle est tombée comme un couperet le 30 octobre dernier. Ce jour‐là, au siège de Yara France à La Défense, à Paris, la direction du groupe norvégien annonce au comité social et économique de l’entreprise son intention de supprimer 139 postes sur 171 dans son usine de Montoir‐de‐Bretagne.

Le géant de la fabrication d’engrais industriels explique dans un communiqué vouloir transformer son site de Montoir « en terminal d’importation et en unité de pointe de mélange et d’imprégnation d’engrais sur mesure ». En clair, c’est l’arrêt pur et simple de la production d’engrais dans les six mois.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Et à toutes nos enquêtes pendant deux jours  !
Oui, on est généreux 😉 Mais pensez aussi à vous abonner  !

En renseignant votre adresse, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Profitez de toutes nos enquêtes

Les informations exclusives de Mediacités sont le fruit du travail de nos rédactions locales. Soutenez un média 100% indépendant avec 0% de publicité !
Je m’abonne pour 69 € par an ou 7,90 € par mois

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Favorite

Par Antony Torzec