A L’Union, les deux listes se disputent « l’héritage Beyney »

Maire de 1972 à 2014, Georges Beyney a marqué l’histoire de la commune. Sous ses mandats, la population a doublé, passant de six mille à douze mille habitants. Georges Beyney a aussi développé l’habitat pavillonnaire qui a façonné L’Union. Aujourd’hui, les deux listes en lice se disputent son héritage et s’efforcent d’attirer des élus qui siégeaient dans la majorité de Georges Beyney.

La candidate Christine Gennaro-Saint revendique ainsi l’appui d’André Paulhiac, qui fut adjoint de l’ancien maire. Bien qu’il fut son opposant, Marc Péré ne rejette pas non plus en bloc ce que représente « le maire historique ». Il accueille d’ailleurs sur sa liste Jacques Dahan, dont la liste avait été soutenue par Beyney en 2014. Il a par ailleurs reçu le soutien de Gilles Hourquet, qui se situe lui aussi dans la mouvance politique de Georges Beyney.

Un mois et demi après sa concurrente de droite, le maire sortant divers gauche a dévoilé à son tour sa liste L’Union Avance. Parmi les trente cinq candidats, dix huit sont des élus sortants et dix sept sont des nouveaux venus, souvent issus du milieu associatif. La moyenne d’âge s’établit à 49,9 ans contre 55 ans pour la liste Pour L’Union conduite par Christine Gennaro-Saint. Pour rappel, la population de L’Union est assez âgée : 45 % des électeurs ont plus de 60 ans.

Bruno Vincens

Précédemment dans l'Oeil

Irrégularités en série au « Toulouse Métro »

Plusieurs dirigeants du club mettent en cause le président du club et dénoncent plusieurs irrégularités.

Radicalisation dans le sport : la mairie dans le flou

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a présenté un plan de lutte contre un phénomène difficile à évaluer.