Cugnaux : une colistière du RN « à l’insu de son plein gré »

L’histoire est ubuesque. Paule Pedussaut, 59 ans, occupe, malgré elle, la 20e place de la liste du Rassemblement National de Cugnaux, « Un avenir pour Cugnaux », déposée le 13 février dernier. Elle affirme en effet ne pas soutenir la liste menée par Yoann Escabasse. La non-voyante n’aurait « pas mesuré la conséquence de son acte » lorsqu’elle a accepté d’y figurer.

« Cela a commencé par un pari un peu débile avec une amie. Elle m’a dit que je ne serais pas capable de m’inscrire sur cette liste, menée par un jeune qui s’appelle Yoann, et que je vois au bar tenu par ses parents, à côté de chez moi, raconte-t-elle. J’ai croisé sa mère quelques jours plus tard dans la rue, qui m’a un peu embobinée en me disant que je devrais me mettre sur la liste. Alors je suis allée là-bas, et c’est Yoann en personne qui m’a rempli le papier, puisque je ne vois pas. Je l’ai signé bêtement. J’ai été naïve. Je regrette car je ne suis pas pour eux, mais j’ai peur de dire que je quitte la liste, surtout qu’elle a été déposée ».

La colistière, qui dit soutenir plutôt la liste de Marie-Hélène Roure (non encartée), de la majorité sortante, assure qu'elle n'avait pas « fait le rapprochement avec le Front National car ils ont changé de nom ». « C’est mon coiffeur qui me l’a fait comprendre lorsqu’il m’a vue sur la liste. Les lettres RN m’ont induite en erreur. Je me retrouve coincée avec ce remords », poursuit Paule Pedussaut, qui reproche confus . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Jean-Luc Moudenc taxe la charte d’Anticor de populisme

Lors du conseil municipal du 10 juillet, le maire de Toulouse s’en est pris à l’association de lutte contre la corruption. Des propos qui surprennent les dirigeants d’Anticor par leur virulence.

Une alliance rose et bleue contre les verts et rouges à Toulouse Métropole

Jean-Luc Moudenc a passé un pacte « de gouvernance » avec plusieurs élus socialistes et radicaux pour diriger Toulouse Métropole.