L’affaire de la banderole Macronavirus classée sans suite

Le procureur de la République de Toulouse a finalement classé sans suite l'affaire des banderoles « Macronavirus : à quand la fin ? » Aucune charge ne sera retenue contre la personne placée en garde-à-vue le 23 avril, ni celles auditionnées par la suite. Dans un premier temps, le parquet de Toulouse avait ouvert une enquête pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ». Un motif alors jugé bancal par l'avocate de la jeune femme concernée. 

Deux autres habitants de Toulouse, qui avaient affiché des banderoles similaires par solidarité, avaient par la suite reçu une visite de policiers les enjoignant à retirer leurs affiches. Des consignes qui, selon nos informations, auraient suscité de l'exaspération au sein même des forces de l'ordre.

Indignée par la procédure enclenchée par le parquet, la Ligue des droits de l'homme se félicite de l'abandon du dossier. Elle indique qu'elle restera « extrêmement vigilante à l'égard de toute forme d'atteinte à la liberté d'expression, le libre débat et les polémiques étant constitutifs d’un des fondements de toute société démocratique. »

Gael Cérez.

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Avatar de Gael Cerez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Petite prédominance pour l'économie, l'histoire, la géopolitique, les sciences... entre autres choses.

Précédemment dans l'Oeil

Toulouse : un employé du groupe municipal majoritaire mis à pied après des propos homophobes

À deux jours du 2e tour de l'élection municipale, un employé du groupe municipal majoritaire a insulté sur Facebook la tête de liste d'Archipel citoyen Antoine Maurice.

Le maire de Ramonville a-t-il voulu censurer son opposition ?

L'espace d'expression des groupes d'opposition a été supprimé dans la dernière édition du bulletin municipal.