Christine Gennaro-Saint conteste le résultat des municipales à L’Union

La Dépêche du Midi… n’a pas été objective. C’est l’un des griefs pour lesquels Christine Gennaro-Saint, défaite le 15 mars lors de l’élection municipale à L’Union, a déposé début avril des recours auprès du tribunal administratif de Toulouse. Cette procédure, fréquente en cas de scrutin très serré, devient beaucoup plus rare lorsque l’écart entre les candidats, comme ici à L’Union, est abyssal : 24,71 % des voix pour la candidate de droite contre 75,29 % pour Marc Péré, maire sortant de gauche. 2 326 voix séparent les deux listes.

Christine Gennaro-Saint met l’accent sur la forte abstention (52,13 %) qui, comme dans toute la France, a marqué les élections municipales. Ce qui aurait entraîné, selon elle, « un manque de sincérité » du scrutin. Selon nos informations, la candidate reprocherait aussi à La Dépêche d’avoir souvent rappelé sa fonction de secrétaire départementale des Républicains, et donc son attache partisane. Tandis que le quotidien régional n’aurait jamais mentionné que Marc Péré fut longtemps adhérent du Parti communiste français.

Contactée par Mediacités, la candidate déçue n'a pas pas voulu donner davantage d’explications. En attendant que le tribunal administratif rende sa décision, le nouveau conseil municipal, issu du vote du 15 mars, se réunira pour la première fois le mercredi 27 mai à 18 heures. Cette élection du maire et de ses adjoint.e.s ne se fera pas en mairie mais à la Grande Halle, plus propice aux distanciations entre les personnes.

Bruno Vincens

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Précédemment dans l'Oeil

Ouverture d’une information judiciaire contre BNP-Paribas pour complicité de génocide au Darfour

Son ancien dirigeant, aujourd'hui dans l'organigramme de la Toulouse School of Economics, pourrait à terme être inquiété dans cette affaire.

Tisséo sous-traite l’exploitation de Téléo à Altiservice

Le futur téléphérique urbain de Toulouse sera mis exploité en sous-traitance par Altiservice pour le compte de Tisséo Voyageurs.