Jean-Luc Moudenc, pendant le vote pour la présidence de Toulouse Métropole. / Capture écran Toulouse Métropole.

Une alliance rose et bleue contre les verts et rouges à Toulouse Métropole

Pacte « de gouvernance » ou « d'allégeance » ? Au lendemain de la confortable réélection de Jean-Luc Moudenc à la présidence de Toulouse Métropole par 96 voix et 37 bulletins blancs (dont le sien), Antoine Maurice (EELV) dénonce « un pacte secret d'allégeance » passé entre le maire de Toulouse et certains de ses homologues PS et PRG de l'agglomération. Le chef de file d'Archipel Citoyen fait référence à un texte co-signé par les maires de Toulouse (LR), Colomiers (PS) et Blagnac (DVG). Intitulé « pacte d'orientation et de gouvernance partagée », ce document de sept pages est également paraphé par les nouveaux maires socialistes de Pibrac, Fenouillet ou Villeneuve-Tolosane. Mais, il n'a été proposé ni au nouveau maire de Cugnaux, Albert Sanchez, ni à Marc Péré, maire de L'Union, deux édiles proches des « Archipelliens » toulousains.

En séance, Marc Péré s'est élevé avec virulence contre cette co-gestion à la toulousaine qui se traduit par « l'éviction » de sa commune (11 715 habitants) et de celle de Cugnaux (17 914 habitants) dans la répartition des vice-présidences. « Vous ne pouvez pas être en même temps dans l'opposition et dans l'exécutif », lui a rétorqué Jean-Luc Moudenc. Le maire de Toulouse préfère évoquer des « convergences objectives » avec des élus des communes périphériques, en dehors de toute considération politique partisane. La troisième ligne de métro « d'un seul tenant entre Colomiers et Labège » et la LGV figurent expressément dans le document qui précise que les élus signataires « voteront logiquement les délibérations répondant aux objectifs de ce pacte dans la mesure où les élus signataires les approuvent ensuite en conférence métropolitaine ». Karine Traval-Michelet, maire de Colomiers et future présidente du groupe des élus socialistes à Toulouse-Métropole, a tenu à préciser qu'elle avait « co-rédigé » ce document.

Mais l'automaticité de ce pacte fait tousser d'autres socialistes. Karine Traval-Michelet a eu une ultime conversation téléphonique orageuse avec Sébastien Vincini, premier secrétaire de la fédération départementale du PS en Haute-Garonne, juste avant le début de la séance. Les socialistes du département, favorables à une alliance avec les « verts et rouges » d'Archipel, ont perdu une manche face à la présidente de région Carole Delga, qui avait imposé Nadia Pellefigue aux municipales, avant de soutenir du bout des lèvres une alliance au deuxième tour avec les écologistes et la France Insoumise.

Encore du chemin vers la parité

Si avec 56 élues métropolitaines, Toulouse approche de la parité et tombe pile-poil dans la moyenne nationale (42 %), l'executif métropolitain reste une affaire d'hommes. Sur les 20 vice-présidences, six ont été attribuées à des femmes. C'est un poste de plus que sous la mandature précédence, mais cela représente seulement 30 % des vice-présidences. La parité avance à petit pas à Toulouse. 

  • 1. Dominique Faure (maire de Saint-Orens – centre droit), 1ère vice-présidente à l'économie, à l'innovation, à l'emploi.
  • 2. Karine Traval-Michelet (maire de Colomiers - PS), 2e vice-présidente à l'habitat et au logement.
  • 3. Vincent Terrail-Noves (maire de Balma – centre droit), 3e vice-président à l'économie circulaire, aux déchets et à la propreté.
  • 4. Joseph Carles (maire de Blagnac - DVG), 4e vice-président à la prospective et à la contractualisation.
  • 5. François Chollet (conseiller municipal de Toulouse - Agir ), 5e vice-président à l'écologie, au développement durable et à la transition énergétique.
  • 6. Dominique Fouchier (maire de Tournefeuille - PS), vice-président à l'aménagement et à la politique foncière.
  • 7. Grégoire Carneiro (maire Castelginest - LR), vice-président à la voirie.
  • 8. Maroua Bouzaïda (conseillère municipale de la majorité à Toulouse), vice-présidente à la participation citoyenne métropolitaine.
  • 9. Annette Laigneau (conseillère municipale de Toulouse – LR), vice-présidente à l'urbanisme et aux projets urbains.
  • 10. Gérard Andre (maire d’Aucamville – PS ), vice-président à la culture.
  • 11. Agnès Plagneux-Bertrand (conseillère municipale de la majorité à Toulouse), vice-présidente à l'aéronautique et au spatial.
  • 12. Romain Vaillant (maire de Villeneuve-Tolosane - PS), vice-président à la coopération décentralisée.
  • 13. Julie Escudier (conseillère municipale de Toulouse - LR), vice-présidente à la cohésion sociale et à l'inclusion.
  • 14. Robert Medina (maire LREM de Mondouzil), vice-président à l'eau et à l'assainissement.
  • 15. Jean-Michel Lattes (conseiller municipal MRSL de Toulouse), vice-président aux transports en commun.
  • 16. Philippe Plantade (maire de Bruguières – divers droite), vice-président aux sports et aux bases de loisirs.
  • 17. Sacha Briand (conseiller municipal de Toulouse - LR), vice-président à la modernisation de la collectivité et aux finances.
  • 18. Jean-Claude Dardelet (conseiller municipal de Toulouse - LREM), vice-président à l'attractivité, au tourisme, à l'Europe et à l'international.
  • 19. Bertrand Serp (conseiller municipal LR de Toulouse), vice-président à la transition digitale.
  • 20. Philippe Perrin (conseiller municipal de la majorité à Toulouse), vice-président au vélo et aux nouvelles mobilités.
Avatar de Stéphane Thepot
Correspondant à Toulouse pour la presse nationale (Le Point, Le Monde, L'Express, La Croix) depuis plus de 25 ans, Stéphane a commencé sa carrière dans les radios que l'on disait "libres" et la presse agricole. Il a aussi rédigé un livre-enquête sur les paysans dans l'Aveyron (ateliers Henry Dougier) et un "anti-guide touristique" pour les néo-toulousains (Héliopoles). Diplômé de Sciences-Po Toulouse, il intervient auprès des nouvelles générations d'étudiants qui se destinent au journalisme.

Précédemment dans l'Oeil

Mise à l’index de Mediacités : la mairie de Toulouse rétropédale

Interrogée par Le Journal Toulousain, la municipalité affirme à présent que son intention n'était pas de ne plus jamais répondre à Mediacités. Une volte-face maladroite... mais bienvenue !

A Toulouse, le groupe Archipel Citoyen se scinde en deux

Les 14 élus se divisent entre deux groupes et deux non-inscrits.