Le pavillon Nanta. / Dal 31

La mairie veut expulser les occupants du pavillon Nanta

La fin de l'histoire aurait pu être apaisée, mais la mairie de Toulouse en a décidé autrement. Après avoir proposé au centre solidaire Abbé Pierre (CSAP) et à l'association Droit au logement (DAL 31) de signer une convention permettant leur relogement, l'équipe de Jean-Luc Moudenc a entamé, avec le CHU, une procédure judiciaire visant à les expulser du pavillon Nanta de l'hôpital la Grave. « C'est un coup de couteau dans le dos », déplore Nina Condeço l'une des porte-paroles du Dal 31.

Promis à la démolition pour être remplacé par des appartements du promoteur Kaufman & Broad, ce pavillon, accessible depuis la rue du Pont Saint-Pierre, a été réquisitionné par le Dal 31 en janvier 2017.

 

Depuis, il joue le rôle à la fois centre social autogéré, de lieu d'hébergement et de siège associatif. Une personne et deux familles, soit « une petite dizaine » de personnes, y résident encore, en attente d'un relogement. Les trois salariés et le service civique du DAL, ses stagiaires et bénévoles y ont leur bureau et toutes les activités du Centre solidaire Abbé Pierre (cours de français, cours de cuisine, etc.) s'y déroulent.

D'après le Dal 31, les négociations semblaient pourtant bien engagées avec la mairie. « On était en discussion sur la question des locaux depuis plus d'un an avec Daniel Rougé (premier adjoint au maire, chargé des politiques de solidarité et inclusion, NDLR), plutôt réceptif, explique la porte-parole du Dal. Mais le 10 juillet dernier, on a appris que c'était désormais le maire qui reprenait le dossier, et depuis, le changement de ton . . .

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

La Dépêche du Midi désignée pour reprendre Vià Occitanie

L'offre d'Altice Médias - jugée juridiquement irrecevable, n'a pas été retenue par le tribunal de commerce de Nîmes.

Altice Médias prête à engager un million d’euros pour racheter Vià Occitanie

La maison mère de BFM TV quadruple l'offre initiale du groupe La Dépêche qui avait misé 250 000 euros pour reprendre la télévision régionale.