Aurélien Pradié (à gauche), en compagnie de l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy et de Laurence Arribagé, présidente de LR31 / © Guilhem Dorandeu

Aurélien Pradié veut « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » en Occitanie

Tête de liste Les Républicains pour les élections régionales en Occitanie, le député du Lot Aurélien Pradié a lancé sa campagne à Toulouse en compagnie du député européen LR François-Xavier Bellamy, le 12 mars. Lors de sa conférence de presse, au siège toulousain des Républicains, Aurélien Pradié a esquissé les thèmes qu'il entend marteler dans les prochaines semaines : le handicap, la sécurité, et l’innovation.

Au-delà, le député veut surtout « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » dans la région. Sur ce sujet, l'élu a dénoncé les logiques « claniques » et « de copinage » de la majorité socialiste. « Quand Carole Delga choisit de ne pas installer un lycée à Beaucaire (une commune dirigée par un maire RN, NDLR), vous appelez ça comment ? », précise-t-il en aparté à Mediacités.

Les accusations du candidat LR ne manquent pas de sel au regard des récentes révélations de Médiapart sur la gestion très partisane de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Confirmant nos propres enquêtes, elles mettent en lumière comment Laurent Wauquiez a installé un système opaque de distribution des subventions régionales, qui bénéficie très largement aux communes de droite et de son fief de Haute-Loire.

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.

Le retour de Sandrine Mörch au journalisme fait des vagues à France Télévisions

Une phrase malheureuse de l'ex-députée de Haute-Garonne a provoqué l'ire du syndicat national des journalistes de la chaine publique que compte réintégrer Sandrine Mörch.