Aurélien Pradié (à gauche), en compagnie de l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy et de Laurence Arribagé, présidente de LR31 / © Guilhem Dorandeu

Aurélien Pradié veut « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » en Occitanie

Tête de liste Les Républicains pour les élections régionales en Occitanie, le député du Lot Aurélien Pradié a lancé sa campagne à Toulouse en compagnie du député européen LR François-Xavier Bellamy, le 12 mars. Lors de sa conférence de presse, au siège toulousain des Républicains, Aurélien Pradié a esquissé les thèmes qu'il entend marteler dans les prochaines semaines : le handicap, la sécurité, et l’innovation.

Au-delà, le député veut surtout « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » dans la région. Sur ce sujet, l'élu a dénoncé les logiques « claniques » et « de copinage » de la majorité socialiste. « Quand Carole Delga choisit de ne pas installer un lycée à Beaucaire (une commune dirigée par un maire RN, NDLR), vous appelez ça comment ? », précise-t-il en aparté à Mediacités.

Les accusations du candidat LR ne manquent pas de sel au regard des récentes révélations de Médiapart sur la gestion très partisane de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Confirmant nos propres enquêtes, elles mettent en lumière comment Laurent Wauquiez a installé un système opaque de distribution des subventions régionales, qui bénéficie très largement aux communes de droite et de son fief de Haute-Loire.

Interrogé sur ce point par Mediacités, Aurélien Pradié a botté en touche : « je suis certain que vous faites preuve de la même indignation au sujet des arrangements de Madame Delga ». Une réponse de forme plus que de fond pour celui qui présente pourtant sa candidature comme « celle de la clarté ». Signe que la campagne s’accélère, une autre conférence de presse est prévue lundi 15 mars en compagnie du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

Précédemment dans l'Oeil

Irrégularités en série au « Toulouse Métro »

Plusieurs dirigeants du club mettent en cause le président du club et dénoncent plusieurs irrégularités.

Radicalisation dans le sport : la mairie dans le flou

Le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, a présenté un plan de lutte contre un phénomène difficile à évaluer.