Aurélien Pradié (à gauche), en compagnie de l'eurodéputé LR François-Xavier Bellamy et de Laurence Arribagé, présidente de LR31 / © Guilhem Dorandeu

Aurélien Pradié veut « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » en Occitanie

Tête de liste Les Républicains pour les élections régionales en Occitanie, le député du Lot Aurélien Pradié a lancé sa campagne à Toulouse en compagnie du député européen LR François-Xavier Bellamy, le 12 mars. Lors de sa conférence de presse, au siège toulousain des Républicains, Aurélien Pradié a esquissé les thèmes qu'il entend marteler dans les prochaines semaines : le handicap, la sécurité, et l’innovation.

Au-delà, le député veut surtout « mettre fin à 25 ans de monopole de la gauche » dans la région. Sur ce sujet, l'élu a dénoncé les logiques « claniques » et « de copinage » de la majorité socialiste. « Quand Carole Delga choisit de ne pas installer un lycée à Beaucaire (une commune dirigée par un maire RN, NDLR), vous appelez ça comment ? », précise-t-il en aparté à Mediacités.

Les accusations du candidat LR ne manquent pas de sel au regard des récentes révélations de Médiapart sur la gestion très partisane de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Confirmant nos propres enquêtes, elles mettent en lumière comment Laurent Wauquiez a installé un système opaque de distribution des subventions régionales, qui bénéficie très largement aux communes de droite et de son fief de Haute-Loire.

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

Antoine Maurice, pas assez connu pour Wikipédia

L'encyclopédie collaborative a décidé de supprimer la page du candidat écologiste en Occitanie, en raison de son manque de notoriété.

Plus d’un milliard d’euros de dividendes : malgré le Covid, Vinci ne connaît pas la crise

Avec ou sans coronavirus, l'exploitation des autoroutes et des aéroports tire toujours les bénéfices du géant français du BTP. Des activités pour lesquelles ses filiales bénéficient d’aides publiques, via le chômage partiel, sans s’interdire parfois de licencier, comme à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.